×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    Activités: Substances cancérigènes

    Fatale pour la santé, la cigarette est responsable de 30% de l’ensemble des cancers et de 90% des cancers du poumon. Le tabac contient des substances naturelles (nicotine), et la combustion provoque la formation de nouvelles substances toxiques (goudrons, monoxyde de carbone, acide cyanhydrique).Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce sont pas moins de cinq millions de personnes qui meurent chaque année des effets néfastes de la consommation de tabac. L’OMS, qui estime le nombre des fumeurs dans le monde à 1,3 milliard de personnes, prévient qu’en 2020, le nombre des décès occasionnés par la cigarette pourrait atteindre 10 millions, dont 70% dans les pays dits en développement.Rendre la cigarette plus «consommable» pousse les fabricants à y injecter des additifs chimiques sans trop se soucier des effets sur la santé des consommateurs! Le but est tout simplement de vendre. Pour cela, il faut que le produit soit esthétique (cendre blanche), qu’il ne produise pas un goût âcre et désagréable et qu’il renforce si possible la dépendance. Là vous obtenez un cocktail chimique pour un quart du poids de la cigarette. Cette dernière contient plus de 3.000 substances chimiques, dont plus de 50 sont cancérigènes. Lors de la dernière Journée mondiale sans tabac, l’OMS haussé le ton: «l’industrie du tabac continue à s’intéresser davantage au profit qu’à la vie humaine, à son propre essor qu’à la santé des générations futures, à son chiffre d’affaires qu’au développement durable des pays en difficulté ». But de cette journée: encourager également les pays et gouvernements à tendre vers une réglementation stricte des produits du tabac. Au Maroc, la loi antitabac n°15-91, votée en 1991 et publiée au BO n°4381 le 2 août 1995, est entrée en vigueur le 3 février 1996.Pour sa part, la loi relative à la protection de la santé des consommateurs, en ce qui concerne les denrées alimentaires et les autres produits, est claire. On entend par autres produits: le tabac, les produits à base de tabac et les produits similaires. Mais qu’en est-il de toutes les applications?Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


    Actualité: Normalisation du tabac?

    L'AMPOC est membre du Comité technique de normalisation au Maroc. Elle a assisté à toutes les réunions de mise en place des normes d’analyses, de techniques, de procédures et de valeurs à ne pas dépasser. Ces examens ont concerné plusieurs produits, tels que le sel iodé, les jus de fruits de fruits ou encore le chocolat. Il y a quelques semaines, l’association a participé à la réunion de normalisation du tabac pour exprimer au comité ses réserves vis-à-vis de la vente de ce produit au Maroc. Différents points ont été soulevés par le représentant de l’AMPOC, dont l’absence de matériel nécessaire pour la détection de l’ensemble des composés chimiques de la cigarette, et a renouvelé sa position ferme contre la vente de cigarette.M. ENNOUALIAMPOC-Ké[email protected]


    Eco-Info: De nouveaux adeptes

    Le effets nocifs de la cigarette sur la santé du consommateur sont indéniables. Malgré cela, elle continue à faire de nouvelles victimes, plus particulièrement les jeunes filles et les femmes. De même que les jeunes de plus en plus nombreux. Selon les études effectuées par le ministère de la Santé, le nombre de fumeurs a atteint 34,5% de la population masculine âgée de 20 ans et plus (cf. www.leconomiste.com, édition du 31 mai 2006).Une étude nationale réalisée en 2000 a révélé que le pourcentage moyen de consommation par jour est de 15 cigarettes. Près de 13,3% des fumeurs ont fumé leur première cigarette à l’âge de 15 ans; 49,2% étaient âgés de 15 à 19 ans et 37,5% à l’âge de 20 ans.Aujourd’hui, les actions des associations de protection des consommateurs pour la sensibilisation restent limitées et l’Etat tarde à prendre les mesures nécessaires pour prévenir les consommateurs contre les méfaits sanitaires de ce poison. Et ce, contrairement aux pays européens où de véritables offensives contre le tabagisme sont lancées, à travers des campagnes et des messages percutants et parfois des images insoutenables. L’objectif est d’ébranler l’insouciance du public vis-à-vis du tabac. Dans d’autres pays, il est formellement interdit de vendre les cigarettes à des mineurs. Au Maroc, une législation similaire est inexistante.Dans d’autres pays, la loi d’interdiction de fumer dans les endroits publics est assortie de sanctions très sévères. Au Maroc, la loi existe, mais son application fait défaut.Le chômage déguisé maintient et encourage la vente des cigarettes par l’existence des petits détaillants. Ce commerce parallèle met ainsi à la portée de tous des cigarettes. Pire encore, ces ventes sont le plus souvent effectuées par des enfants!Mohamed BENKADDOURprésident de la [email protected]


    Conseil: Grossesse en danger

    Cesser de fumer est certes un défi de taille, mais il est possible de le relever. Et si vous profitiez du mois de Ramadan pour sauter le pas? En attendant, citons deux méfaits du tabac très sévères:- La grossesse chez les femmes fumeuses peut entraîner une augmentation du nombre de fausses couches, d’accouchements prématurés et de retards de croissance chez le fœtus. Il provoque un retard de développement de certaines structures cérébrales, avec pour conséquence une augmentation du risque de mort subite du nourrisson. Celui-ci sera davantage sujet à des bronchites, otites moyennes, allergies et accès d’asthme. Son risque de devenir lui-même fumeur plus tard est multiplié par 1,5. Le tabac et la grossesse sont donc une combinaison à très haut risque!- Les enfants nés de mère fumeuse ne se réveillent pas lors des stimuli sonores les plus bruyants appliqués pendant de la phase de sommeil, contrairement aux enfants nés de mère abstinente.A. [email protected]

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc