×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2226 Le 03/03/2006 | Partager

Editorial: La grippe aviaire à nos portes, que faire?
 

Aucun jour ne passe sans que la grippe aviaire ne fasse partie de nos discussions et débats autour des repas familiaux, au bureau ou dans les médias. Plusieurs informations sont diffusées… mais aussi des rumeurs! Alors, qu’en est-il exactement? Quels sont les risques réels? Pouvons-nous encore consommer du poulet, des œufs…? Existe-il éventuellement des vaccins ou des médicaments antiviraux? Telles sont les nombreuses questions auxquelles la Confédération des Associations de protection des consommateurs Maroc (CAC-Maroc) souhaite apporter des éléments de réponse. Elles seront exhaustives et objectives d’autant plus que les ONG feront le tri parmi les (trop) nombreuses informations actuellement diffusées.Dans l’état actuel des choses, la CAC-Maroc réaffirme que la grippe aviaire n’a toujours pas atteint le territoire marocain. Il n’y a donc aucune raison de réduire ou de supprimer la volaille ou les œufs de notre alimentation.Sur le plan transmission, nous précisons aussi qu’actuellement la grippe aviaire ne peut être transmise à l’homme par la consommation de viande de volaille et d’œufs. Nonobstant la problématique de la grippe aviaire, la CAC-Maroc tient à préciser que les conseils de sécurité alimentaire concernant les volailles et les œufs restent valables également afin d’éviter toute intoxication alimentaire (essentiellement la salmonellose).Mohammed OUHSSINEAMPOC-Kénitra [email protected]


Eco-InfoMédicaments antiviraux

Il est fortement conseillé aux personnes professionnellement en contact avec des exploitations infectées (par exemple dans le cadre d’abattages), pendant la période de contact avec le virus (+10 jours), de prendre un médicament antiviral. C’est un moyen prescrit en cas d’une grippe (préventif ou en traitement de celle-ci). Il aide aussi contre le virus, responsable de l’influenza aviaire, qui est en fait une sorte de grippe. Selon les professionnels du corps médical, les prescriptions suscrites se limitent aux personnes en contact avec les exploitations infectées. Quant aux consommateurs normaux, ils n’ont pas de raison de se procurer le médicament. Pour plus d’information concernant le médicament antiviral, vous devez prendre contact avec votre médecin.Abderrahman [email protected]


Souvenez-vous de la grippe espagnole

La grippe (influenza en anglais) est une maladie infectieuse endémique d’origine virale. Elle est causée par un myxovirus à ARN à potentiel génétique très évolutif. Cette maladie est très contagieuse par transmission aérienne interhumaine à partir de gouttelettes environnant le virus et projetées lors de la toux. Elle est responsable de lésions de l’appareil respiratoire qui, dans les formes graves, peuvent conduire à une pneumonie extensive et à une insuffisance respiratoire aiguë.La grippe se développe sous la forme d’épidémies saisonnières traduisant l’émergence d’une nouvelle forme du virus, plus ou moins virulente et source d’une contagiosité (capacité de transmission entre êtres humains) plus ou moins grande. A intervalles irréguliers, l’épidémie de grippe prend une forme plus grave en raison d’une virulence forte et d’une contagiosité importante.L’émergence, à partir d’un virus de la grippe d’origine animale, d’un nouveau virus de la grippe à la fois très virulent et source d’une grande contagiosité peut être à l’origine d’une pandémie, c’est-à-dire d’une épidémie de grande envergure, touchant une grande partie de l’espèce humaine. Selon les estimations, la pandémie grippale de 1918-1919 (communément appelée grippe espagnole) aurait causé le décès de 20 à 100 millions de personnes sur l’ensemble du globe, dont environ 250.000 en France. (Source AGAL et AFSSA France).Aziz CHAOUCHAMPOC-Ké[email protected]


Conseils

. Grippe aviaire: Cuisson, hygiène… les précautions à prendrePour protéger la santé des consommateurs, voici quelques recommandations de la CAC-Maroc: - Très bien cuire la volaille (minimum 70 °C) et éviter la consommation d’œufs crus ou de préparations élaborées à partir d’œufs crus. - Prévenir d’éventuelles contaminations croisées. Attention à ne pas utiliser le même couteau pour découper de la volaille crue et, ensuite, utiliser ce même couteau pour découper une salade qui sera consommée crue.- Emballer soigneusement la volaille crue avant son stockage au réfrigérateur.- Eviter les zones à risque.- Evitez tout contact avec n’importe quel oiseau, et particulièrement les poules, canards ou visite de fermes ou marchés avicoles.- Evitez également tout contact avec les plumes et les déjections d’oiseaux. - Se laver régulièrement les mains, surtout avant de manger. L’utilisation de solutions antiseptiques et antibactériennes vendues en pharmacie est efficace pour la désinfection des mains. - Les volailles bien cuites ne posent aucun problème. De même que les œufs. - Ne pas dormir à proximité immédiate de volailles. - Prendre conscience du fait que vos enfants courent un risque s’ils jouent à proximité de volailles.Ces recommandations extraites de la revue Test Achat sont basées sur les connaissances actuelles en virologie et en épidémiologie. Elles peuvent être revues de façon régulière, et au besoin remaniées.Hamid MOUMENEAMPOC-Kénitra [email protected]


. Ne consommez pas trop d’aliments en boîteDes particules de la couche de protection destinée à éviter la corrosion peuvent migrer vers les aliments. Aussi, faut-il varier votre alimentation et surtout ne pas trop consommer d’aliments en boîte. La modération doit viser surtout les produits qui contiennent des substances acides, comme la mayonnaise, la sauce-tomate ou le vinaigre. D’autres alternatives peuvent remplacer les boîtes de conserve. Il s’agit essentiellement des fruits et légumes crus.Et si vous êtes obligés d’en utiliser, éliminez la grande partie de contamination par simple jet de l’huile ou du liquide dans lequel le produit baigne, et en l’égouttant soigneusement.Mohamed BENKADDOURPrésident de la CAC-Maroc [email protected]

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    redac[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc