×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2168 Le 09/12/2005 | Partager

    Editorial: Les OGM sont-ils dangereux?

    Même lorsqu’il n’y a pas de trace d’OGM (organismes génétiquement modifiés ou transgéniques), le consommateur est en droit de connaître la composition de son alimentation et des produits qu’il achète. Il faut le savoir, certains OGM provoquent des allergies, d’autres peuvent engendrer des ravageurs résistants et donc détruire la biodiversité. Les avantages et surtout désavantages potentiels des OGM ont déjà fait couler beaucoup d’encre et le dernier mot est loin d’être écrit. En simplifiant la définition, le terme OGM désigne les organismes vivants de nature végétale ou animale que l’on adapte de manière à leur procurer artificiellement une certaine propriété. Les applications possibles sont quasi illimitées mais jusqu’à présent, les plus importantes sur le plan économique concernent le secteur alimentaire.Les éventuels inconvénients et dangers des OGM soulèvent surtout une vive inquiétude au sein de la population marocaine. C’est pourquoi la Commission technique de réglementation doit se pencher sur ce dossier sensible. Aussi la Confédération des associations des consommateurs Maroc (CAC-Maroc) lance-t-elle un appel au ministère de l’Agriculture afin d’intégrer les membres de la Confédération dans le comité technique chargé de l’élaboration, de la discussion et la mise à jour des textes de loi qui intéressent le consommateur.Mohammed OUHSSINEAMOC-Ké[email protected]


    Actualité: Peut-on dire non aux OGM?

    LORS d’un récent référendum, les Suisses ont approuvé à 55,7% l’interdiction durant les cinq prochaines années des cultures commerciales d’OGM (organismes génétiquement modifiés). Si pour le moment, aucune demande d’utilisation d’OGM n’a été déposée en Suisse, les écologistes et diverses associations sont à l’origine de ce référendum. Pour les initiateurs du vote, ces cinq ans doivent permettre d’atteindre des résultats scientifiquement étayés pour autoriser ou non, en connaissance de cause, la culture commerciale des OGM. Les Marocains, pour leur part, peuvent-ils dire non à la consommation des produits OGM pour cinq ans, en attendant la publication des résultats de recherche sur l’effet des OGM sur la santé? La question reste posée.«Depuis leur apparition, les OGM ne laissent personne indifférents. Le maïs transgénique a toujours été, et il l’est encore, le produit le plus controversé particulièrement par les associations de défense. D’autres produits sont par la suite venus s’ajouter sur la liste.«Mohamed BENKADDOURPrésident de la CAC [email protected]


    Eco-Info: Allergies alimentaires: Plus de visibilité sur les étiquettes

    En France, les fabricants agro-alimentaires ont obligation de mentionner la composition exacte de leurs produits sur les étiquettes, avec notamment des précisions sur la présence d’ingrédients allergènes.Parmi ces allergènes, figurent les céréales contenant du gluten, le poisson, les crustacés, les œufs, les cacahuètes, le soja, les noix, le céleri, la moutarde, les graines de sésame, le lait et les produits laitiers d’une manière générale (lactose…). Ces produits sont responsables de plus de 90% de l’ensemble des réactions allergiques. La présence fortuite d’allergènes (contamination involontaire par contact avec d’autres produits, notamment sur la chaîne de fabrication, lors du stockage ou du transport) n’est toujours pas réglementée. En conséquence, il appartient aux industriels de l’agroalimentaire d’évaluer eux-mêmes les risques de contamination et de tout mettre en œuvre pour les réduire. L’étiquetage type “peut contenir des traces de…” ne constituant qu’un dernier recours dans le cas où il n’est pas possible de maîtriser le risque de contamination fortuite. Dans le cadre de la mise à niveau de nos entreprises, qui vont être en 2010 face à une concurrence mondiale, surtout pour celles qui veulent exporter leurs produits, les responsables du secteur doivent inciter les producteurs à mentionner la composition exacte de leurs produits sur les étiquettes, avec notamment des précisions en ce qui concerne la présence volontaire d’ingrédients allergènes. B. [email protected]


    Conseils: Les fruits et légumes pour lutter contre le cancer

    Durant près d’un mois, la Ligue nationale contre le cancer nous invite à consommer des fruits et légumes, leur consommation régulière pouvant réduire de 20 à 30% le nombre des cancers. Bien que validée scientifiquement, la consommation régulière de fruits et légumes peine à entrer dans les mœurs des consommateurs marocains. Dans tous les cas, l’association espère que cette opération de grande envergure (70 millions de fruits et légumes frais seront étiquetés) fera évoluer les mentalités. Si le message est simple (“Mangez des fruits et légumes”), nous pouvons par contre nous interroger sur l’absence de recommandation quant à leur consommation, les fruits et légumes marocains étant pointés du doigt pour les doses de pesticides qu’ils contiennent. Ainsi, rappelons que certains fruits, comme la pomme par exemple, subissent jusqu’à 40 traitements divers et variés, visant à une production toujours en hausse, à lutter contre les maladies et autres parasites des variétés modernes, et à une meilleure conservation. Pour le consommateur, le seul moyen de se prémunir contre la nocivité de la plupart des produits appliqués sur les fruits et légumes est de les éplucher scrupuleusement ou, encore plus efficace, de choisir des produits d’origine biologique.Les facteurs alimentaires jouent un rôle déterminant sur notre santé. Il est maintenant reconnu qu’une alimentation diversifiée et équilibrée, privilégiant l’apport de facteurs protecteurs, comme les fruits et légumes, limitant la consommation de boissons alcoolisées associée à activité physique régulière, peut réduire jusqu’à 30 à 40% des cancers.Mohamed BENKADOURPrésident du CAC [email protected]

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc