×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2135 Le 21/10/2005 | Partager

Editorial: Virus

L’expansion du virus aviaire H5N1 ravive l’angoisse de la pandémie.L’arrivée en Turquie et en Roumanie du virus de la grippe aviaire H5N1, à des milliers de kilomètres de son berceau asiatique où il a déjà tué une soixantaine de personnes, a ravivé à travers le monde les craintes d’une pandémie tandis que la ruée sur le médicament Tamiflu se poursuit.L’expansion géographique du virus est une source d’inquiétude car elle augmente les risques d’exposition de l’être humain. Chaque nouveau cas humain donne au virus la possibilité d’améliorer sa transmission, soit par mutation adaptative, soit par réassortiment. L’apparition d’une souche H5N1 facilement transmissible au sein de l’espèce humaine marquerait le début d’une nouvelle pandémie. C’est pourquoi le secrétaire américain à la Santé a lancé un appel au monde entier pour une coopération et un échange d’informations sans réserve. La surveillance du virus exige la transparence, le partage rapide de l’information et l’esprit de coopération.Mohamed BENKADDOURPrésident du CAC [email protected]


Eco-Info

. Qu’est-ce que le virus H5N1? La grippe aviaire (grippe du poulet, peste des oiseaux), provoquée par une souche A du virus grippal (H5, H7, H9...) a été identifiée il y a plus de 100 ans en Italie.Mais les premiers cas connus de passage direct d’une souche H5N1 à l’homme sont survenus à Hong Kong (18 cas d’infection respiratoire, 6 morts) en 1997. Ces virus aviaires sont excrétés par les oiseaux infectés au niveau respiratoire et digestif. Plumes souillées par les fientes et poussières contaminées par des particules de fèces sont des sources potentielles de contamination de l’homme.Jusqu’à présent les flambées de grippe aviaire ont été causées par des virus hautement pathogènes pour la volaille, H5 et H7. En 2003, aux Pays-Bas, une épidémie due à une souche H7N7 a conduit à l’abattage d’environ 30 millions de volailles. 83 cas bénins (conjonctivites) ont été décelés chez des personnels d’élevage ou d’abattage et un vétérinaire est décédé.Mais pour l’heure, parmi les virus de grippe aviaire, “le H5N1 est le plus inquiétant”, selon les experts. Les variants de H5N1 ont montré leur capacité à infecter directement l’homme en 1997 et ont récidivé au Vietnam en janvier 2004. L’organisme humain n’aurait aucune défense immunitaire (anticorps) contre ce nouveau virus, inconnu de lui.Boubker [email protected]. Journée nationale de microbiologie L'Association marocaine de microbiologie (AMM) et la Faculté des sciences de Kénitra organisent le 13 décembre 2005 une journée nationale de microbiologie. Le but de la manifestation est de créer une meilleure interaction entre les compétences du monde de la microbiologie à l’échelle nationale.Les intéressés doivent soumettre un résumé en français ou en anglais avant le 15 novembre 2005. Ce dernier doit exposer le but, la méthodologie et les résultats obtenus. Il est préférable de soumettre les résumés par courrier sous forme de fichier attaché à l’adresse électronique suivante: [email protected]


Conseils

. H5N1 et la sécurité alimentaireH5N1 fait partie de la centaine de souches possibles de la grippe aviaire. Certaines de ces souches sont plus mortelles que d’autres. Il se peut aussi que le virus H5N1 soit de virulence différente, selon la souche. Les dindons anglais avaient été contaminés en 1992 par une souche H5N1 qui n’avait rien à voir avec celle de la grippe asiatique. Il n’y a aucun danger à manger du poulet cuit. Le virus est en effet détruit à 70 degrés Celsius. Il ne survit pas non plus en congélation, selon Peter Roeder, expert vétérinaire de la FAO. Les précautions d’hygiène doivent être prises au même titre que celles qui sont prises contre la salmonellose. Toutefois, de nombreux pays ont interdit l’importation de volailles en provenance des pays touchés. A. [email protected]. Fractionnez la rupture du jeûne Il est fort recommandé le fractionnement de la rupture du jeûne. La plupart des tables marocaines, sinon la totalité n’a pas encore cette habitude. Il faut commencer par les dattes, le lait et les céréales. Laisser l’estomac reprendre ses activités petit à petit. Puis le laisser se reposer pendant un bon moment avant de manger la soupe. Tous ces mets aident l’organisme à se réhydrater. Celui-ci ne peut pas se passer d’eau dont il a été privé durant toute une journée. Une fois votre soif étanchée, vous pouvez manger des plats plus consistants.Il est essentiel de bien manger le soir avant de se coucher, mais cela ne signifie pas “trop manger” sinon vous aurez du mal à dormir. Et le manque de sommeil peut avoir des conséquences sérieuses sur le comportement, particulièrement vers la fin du mois de Ramadan. Il peut aussi provoquer des vertiges, fatigues et somnolences. Alors, ménagez-vous et soyez vigilants pour pouvoir passer un bon mois de Ramadan.Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc