×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1976 Le 11/03/2005 | Partager

Editorial: Pour un consommateur averti

LA journée mondiale des droits des consommateurs sera célébrée le 15 mars prochain. Ce rendez-vous annuel est devenu l’occasion pour toutes les parties prenantes de discuter des questions intéressant directement les consommateurs, des avancées effectuées dans ce domaine et de ce qui reste à faire.Pour la CAC-Maroc (confédération des associations des consommateurs- Maroc), le message est simple: nous disons attention aux engagements pris par les acteurs sociaux économiques. Il faut aviser au préalable et impliquer les représentants des consommateurs pour construire de la méthode, des outils, des référentiels, des normes, des règlements…Leur présence dans les lieux d’échanges de concertation et de négociation avec les professionnels, pouvoir public et sociétés civiles, est un atout pour exprimer les attentes des consommateurs et être entendu par les autorités.Il nous paraît essentiel de fédérer les compétences des associations, de prendre des décisions et de bâtir une stratégie commune. Enfin, sans nous disperser, nous devons poursuivre notre tâche de lobbying dans les trois domaines que nous avons souhaité développer à (CAC-Maroc), à savoir représenter, parler au nom et défendre les droits des consommateurs.Mohammed [email protected]


Actualité: Droits fondamentaux du consommateur

LA journée mondiale des droits du consommateur est l’occasion de promouvoir les droits fondamentaux, d’exiger que ces droits soient respectés et protégés, et de protester contre les abus de l’économie de marché et les injustices sociales. L’origine de la commémoration de cette journée revient à la déclaration de l’ancien président des USA, John F. KENNEDY. Il a indiqué quatre droits fondamentaux du consommateur: - le droit à la sécurité- le droit à être informé- le droit de choisir- le droit d’être entendu Le mouvement des consommateurs “Consumers international” a ajouté quatre droits supplémentaires: - droit à la satisfaction des besoins de base- droit à la réparation- droit à l’éducation - droit à un environnement sain Les consommateurs, par définition, nous incluent tous, a dit KENNEDY dans sa déclaration du 15 mars 1962 devant le congrès américain. Ils sont le groupe économique le plus important qui touche et est touché par presque toutes les décisions publiques et privées d’ordre économique. Pourtant, ils sont le seul groupe important... dont les avis ne sont souvent pas entendus. La première journée mondiale des droits des consommateurs a été célébrée le 15 mars 1983. La Charte de protection du consommateur a été ensuite adoptée, par les Nations unies, deux ans plus tard (9 avril 1985). Cette adoption a replacé les droits du consommateur sur un niveau de reconnaissance et de légitimité internationales aussi bien dans les pays développés que dans ceux en voie de développement. Cependant, au Maroc les droits des consommateurs continuent à être ignorés. A cette occasion (commémoration de la journée mondiale des consommateurs) la CAC-Maroc attire l’attention sur une telle situation qui ne peut que nuire au développement d’un Maroc du troisième millénaire.Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Les services

LE thème choisi pour le séminaire de cette année, organisé par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, à Casablanca est “Le consommateur des services: ses choix, ses droits et ses obligations”. Le choix de ce thème est axé sur un secteur qui, aujourd’hui, enregistre une forte évolution et de profonds changements. Trois tables rondes thématiques seront programmées. La première portera sur la protection du consommateur de services, l’environnement légal, les organes de régulation et le rôle que peut jouer la société civile. La deuxième table ronde sera axée sur le droit du consommateur de choisir, l’accès à une offre diversifiée et de qualité, la mise en place d’un système efficace de traitement des doléances. Enfin, la troisième table ronde concernera le cas des services concédés, les préoccupations des consommateurs par rapport à la vérité des prix, l’évolution des performances, le dispositif du consommateur individuel…


Eco-Info: La pollution des mécaniciens, des menuisiers et des autres

ZONE industrielle ou urbaine? Une question qui ne cesse de se répéter chaque jour. Dans de nombreux quartiers populaires de différentes villes, des métiers tels que mécanicien, menuisier,…s’installent à proximité des habitations. Une cohabitation qui entraîne des conséquences néfastes pour la santé des habitants, particulièrement les enfants, les femmes enceinte et les personnes âgées. Les émissions dans l’air de gaz de combustion des hydrocarbures, les poussières de bois et autres, générées par la nature de ces métiers sont devenues intolérables. Et le bien-être du quartier en prend ainsi un sacré coup.Face à cette situation, notre association adresse un appel aux services compétents afin de mettre fin à ces pratiques. Et d’assurer aux habitants un environnement sain, loin de tout acte pouvant entraîner de fâcheuses conséquences sur la santé.Karima OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Kénitra: Une délégation controversée de la gare routière?

LA délégation de la gare routière de la ville de Kénitra a provoqué d’importants remous dans la profession. Selon les membres de l’association des transporteurs routiers de voyageurs de Kénitra (ATRV), le Conseil de la ville n’aurait pas respecté le cahier des charges. A ce niveau, argumentent-ils, le Conseil aurait complètement écarté le texte de l’article 19 qui stipule que les adjudicataires doivent faire partie de la profession. Le président de l’ATVR a adressé un écrit à son homologue de l’AMPOC, lui exposant la situation et sollicitant les responsables et les services compétents pour qu’une solution soit trouvée.Abderrahim BENZAKOURAMPOC-Ké[email protected]

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc