×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Conservatoire de Casablanca
Toujours pas de travaux de réaménagement

Par L'Economiste | Edition N°:2752 Le 09/04/2008 | Partager

. Ils accusent déjà un retard de trois mois. Le Conseil de la ville et cabinets d’études se renvoient la balle TROIS mois après l’annonce, en grande pompe, du réaménagement du Conservatoire de Casablanca, les travaux n’ont toujours pas commencé. Edifié au cœur du boulevard de Paris en 1942, l’établissement, le plus ancien de toute l’Afrique, fait partie du patrimoine architectural de la capitale économique. C’est pour le préserver d’ailleurs que le Conseil de la ville s’est engagé, le 18 décembre 2007, à débourser près de 8 millions de DH pour sa rénovation. «Il y a un problème avec l’architecte et une mise en demeure vient de lui être envoyé par la commune de Casablanca», indique Meriam Anahari, chef de la division travaux. Elle a curieusement mis en veilleuse son GSM pour ne pas donner plus de détails. Contacté par L’Economiste, Yahia Sqalli, l’architecte, installé à Salé et en charge de la réhabilitation du Conservatoire, dément ses déclarations. Il s’est limité à affirmer que «l’étude suit son cours normal et qu’elle sera transmise incessamment au Conseil de la ville». Pourtant, le lancement des travaux était prévu pour début janvier. «Avant même d’entamer le réaménagement, le Conseil de la ville avait déjà commandité une étude auprès d’un cabinet depuis 7 mois», souligne le président de la commission des Affaires culturelles. L’expertise vise à s’assurer de la solidité du bâtiment. Jusqu’à présent, l’appel d’offres n’a pas encore été lancé. «Il va falloir attendre encore huit mois pour que les travaux démarrent», selon des sources concordantes. Toujours est-il qu’aux 8 millions de DH dédiés au réaménagement du Conservatoire, il faut additionner un don d’un million de dollars que la fondation américaine Genesis at the Crossroads compte réserver à l’équipement. Celle-ci avait signé avec le Conseil de la ville, en décembre dernier, une convention de partenariat via son projet «Artlinks». Celui-ci envisage la création d’une salle de concert de 300 places, d’un studio d’enregistrement, d’une station de radio, d’un musée des musiques andalouses et d’un café-théâtre sur le toit du Conservatoire. Le renforcement de la formation fait partie aussi du projet (création de master class, révision des programmes, certification des classes supérieures…). Mais vu le blocage actuel, ces fonds ne profiteront au Conservatoire qu’après la réalisation des travaux. Le personnel ne cache pas sa crainte. «On a peur que le projet tombe dans les oubliettes. Et que le Conservatoire reste fermé». «Le projet accuse déjà un retard. Va-t-on vers une nouvelle année blanche?» s’indigne Bouchaïb Talî, porte-parole syndical du Conservatoire.


Un provisoire qui dure!

CASABLANCA dénombre neuf conservatoires au total. Celui du boulevard de Paris compte 88 professeurs et 2.500 étudiants. «Ils on été affectés dans d’autres établissements de la ville», affirme le directeur du Conservatoire, Lhaj Youness. A part le retard des travaux de réaménagement du Conservatoire, le statut actuel des professeurs pose également problème. Depuis décembre dernier, ils n’ont pas touché leurs salaires (1.307 DH net par mois)», déclare Bouchaïb Talî, porte-parole syndical du conservatoire. Le plus insolite dans cette affaire, «c’est que nous avons le statut de professeurs provisoires. Pourtant, certains ont plus de 30 ans de carrière! Qui remplacent-ils au juste?» s’interoge-t-il. Il y a aussi le problème du nouveau barème des salaires adopté par le ministère de la Culture. «On n’en bénéficie pas sous prétexte qu’on ne dépend pas de l’autorité de tutelle. Pourtant, le Conseil de la ville l’a lui-même adopté en octobre 2004», conclut le syndicaliste.Faiçal FAQUIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc