×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Conseils régionaux
Le PAM rafle la mise

Par L'Economiste | Edition N°:3107 Le 14/09/2009 | Partager

. Les SAP feront la différence pour l’élection des présidents. Les coalitions joueront aussi. Objectif: la Chambre des conseillersLe Parti authenticité et modernité (PAM) est arrivé en tête des élections des membres des Conseils régionaux, tenues mercredi dernier. La formation politique de Fouad Ali El Himma a raflé 212 sièges sur les 1.220 que comptent les 16 Conseils régionaux du Royaume. Selon les résultats de ces élections, rendus publics jeudi par le ministère de l’Intérieur, l’Union marocaine du travail (UMT) occupe, pour sa part, la première place avec 24 sièges aux élections des représentants des salariés organisées le même jour.Par appartenance politique des candidats, les résultats pour l’ensemble des sièges obtenus au titre des corps élus des représentants des Conseils communaux et des Conseils des préfectures, des pro-vinces et des chambres professionnelles, donnent le Parti de l’Istiqlal (PI) en 2e position après le PAM.

Rude bagarre
L’Istiqlal a, en effet, remporté 154 sièges. Il est suivi du Rassemblement national des indépendants (RNI) avec 123 sièges, de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) qui a obtenu 89 sièges, de l’Union constitutionnelle (UC) avec 65 sièges et du Mouvement populaire (MP), 62 sièges. Le Parti de la justice et du développement (PJD) vient loin derrière avec seulement 28 sièges. Le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et le Front des forces démocratiques (FFD) n’ont pu avoir respectivement que 18 et 17 sièges.Quant aux candidats «Sans appartenance politique», ils ont été 301 à se faire élire dans les différents Conseils régionaux.En ce qui concerne l’élection des représentants des salariés, les résultats enregistrés donnent l’Union marocaine du travail (UMT) comme grande bénéficiaire du scrutin avec 24 sièges. La Confédération démocratique du travail (CDT) vient juste après avec 18 sièges, suivie par la Fédération démocratique du travail (FDT) qui a obtrnu 17 sièges. Bizarrement, l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM-Istiqlal) n’a remporté que 13 sièges contrairement aux prévisions de ses responsables. Quant à l’Union nationale du travail du Maroc (UNMT) proche du PJD, elle a pu quand même obtenir 8 sièges.A la lecture des résultats de ce scrutin, l’avant-dernier dans le processus électoral engagé depuis juin dernier, l’on ne peut que relever que la logique des urnes a été respectée. Le PAM, grand vainqueur des élections communales du 12 juin, puis des professionnelles avant de faire une razzia aux préfectorales et provinciales, se positionne aujourd’hui comme un parti dont il faut sérieusement tenir compte. La formation de Fouad Ali El Himma est, en effet, sortie renforcée des élections régionales. Il est vrai que la performance du PAM est à applaudir à plus d’un titre. D’abord, parce que ses dirigeants ont su comment jouer leurs cartes et surtout leurs atouts. La stratégie est très simple: une liste PAM acculée à une liste «d’amis» SAP et le tour est joué lors de l’élection du président et des membres. Deuxièmement, le parti a instauré et imposé ses propres règles aux transhumants pour éviter les «fuites» et les coups bas de dernière minute. Enfin, les amis d’El Himma ont là aussi su capitaliser sur l’image de leur leader et profiter du poids qui lui est désormais reconnu sur la scène politique.Le triomphe du PAM aux différentes étapes du processus électoral, en cette année 2009, va lui ouvrir grande la voie vers la Chambres des conseillers. Il n’est un secret pour personne que le PAM lorgne sérieusement sur le poste de président de cette institution encore tenue, au même titre que la Chambre des représentants, par le RNI. La bagarre sera donc rude entre le PAM et le RNI. A moins qu’il n’y ait un troisième larron qui vienne jouer les trouble-fêtes et activer le jeu des coalitions. On pense notamment à quelqu’un que l’Istiqlal veut «récompenser pour services rendus». Mais, en attendant, les nouveaux membres des Conseils régionaux ont 10 jours tout au plus pour procéder à l’élection des présidents et des bureaux.Signalons, enfin, que ces élections des Conseils régionaux ont connu un fort taux de participation. Il a atteint au niveau national près de 71% pour l’ensemble des corps électoraux. Le nombre de déclarations de candidatures, présentées au titre de ce scrutin pour briguer les 1.220 sièges répartis sur 16 Conseils régionaux, a été de 6.616, soit une moyenne de 5 candidatures pour chaque siège.Jamal Eddine HERRADI
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc