×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Conseil maroco-américain pour le commerce et l'investissement: 12 projets ficelés

Par L'Economiste | Edition N°:734 Le 28/03/2000 | Partager

. Les recommandations pour faire du Maroc un pôle d'attraction des investisseurs américains ont été soumises au gouvernement, a déclaré l'ambassadeur américain


L'intervention du ministre de l'Economie et des Finances au conseil d'administration du Conseil maroco-américain pour le Commerce et l'Investissement tenu hier à Rabat était très attendue. Après un exposé sur l'état des relations économiques entre le Maroc et les Etats-Unis, M. Fathallah Oualalou a invité le Conseil à inscrire ses actions dans trois axes afin de renforcer le rôle d'interface qui lui échoit. Ces axes ont claqué comme des recommandations: faire du lobbying à Washington, fournir des services intermédiaires à valeur ajoutée et développer le Conseil avec une présence sur la côte ouest des Etats-Unis, stratégique pour l'avenir. M. Othman Benjelloun, président du Conseil, a saisi la balle au bond en rappelant à l'argentier du Royaume l'insuffisance des moyens financiers pour mettre en uvre la stratégie d'implantation dans le territoire américain. Il a évoqué une correspondance adressée au Premier ministre dans laquelle il a demandé au gouvernement d'allouer au Conseil une enveloppe pour mieux remplir sa mission. Rappelons que le Conseil a de nouveaux locaux à Casablanca. Le bureau de Washington a fermé ses portes. Seul le bureau de New York reste ouvert. M. Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, qui a un "lien de parenté" avec ce Conseil puisqu'il avait participé à sa conception alors qu'il était ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, a préféré prononcer son allocution en anglais. Pour lui, il s'agit d'améliorer les échanges économiques pour les élever au niveau de qualité des relations politiques. Le Conseil est le pont idéal pour y parvenir.

Auparavant, M. Edward Gabriel, ambassadeur des Etas-Unis, a rappelé les deux domaines dans lesquels son pays veut s'impliquer au Maroc: la stabilité régionale et l'investissement. Sur ce dernier registre, il a annoncé que la mobilisation des ressources pour mettre en uvre l'initiative Heizenstad a démarré. Les recommandations sont soumises au gouvernement pour faire du Maroc un pôle d'attraction des investisseurs américains, a déclaré l'ambassadeur.
La troisième phase comportera une aide au gouvernement pour traiter la dette. Les Etats-Unis sont sensibles à la conversion d'une partie de la dette en investissements privés. Par ailleurs, M. Gabriel a indiqué que 12 projets sont prêts pour être soumis aux investisseurs et 9 autres devront l'être vers la fin de la semaine.
Ces projets, qui seront également présentés au Conseil, devront mobiliser un investissement de 2 milliards de Dollars, soit près de 20 milliards de DH.
Cette réunion a été marquée par la signature d'une convention de partenariat entre le Conseil et l'Université Al Akhawayn et l'entrée au conseil d'administration de son président M. Rachid Belmokhtar.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc