×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Conseil de Vérone : Les Quinze imposent la cohésion monétaire

    Par L'Economiste | Edition N°:226 Le 18/04/1996 | Partager


    En décidant de créer un SME-bis et de mettre en place un pacte de stabilité budgétaire, les argentiers de l'Union Européenne, réunis à Vérone le 13 avril, auront donné le signal d'une meilleure cohésion monétaire et budgétaire. Ainsi, ils passent outre au refus de la Grande-Bretagne. Il lui a d'ailleurs été signifié qu'elle ne pouvait ni juridiquement ni politiquement faire obstacle à ce nouveau Système Monétaire Européen (SME), rapporte Les Echos.
    Le SME-bis est destiné à gérer les relations entre les pays qui auront adopté la monnaie unique, l'Euro, et ceux qui resteront en dehors. Les contours de ce futur système monétaire ont été présentés par le président de l'Institut Monétaire Européen. Il comporte six axes majeurs dont:
    · la structure juridique: comme l'actuel SME, le SME-bis sera intergouvernemental, donc non obligatoire. Les pouvoirs de la Banque centrale européenne (BCE) seront répertoriés et unifiés;
    · la marge de fluctuation: le principe de bandes larges a été maintenu. Aujourd'hui, elles sont de 15%;
    · les changements de parité: ils continueront de relever de la décision nationale, mais l'Allemagne et la France voudraient que la BCE intervienne dans le processus.
    La future stratégie de solidarité monétaire (SME-bis) et de convergence (pacte de stabilité budgétaire) devrait recevoir une première bénédiction des chefs d'Etat et de gouvernement au Conseil de Florence en juin par l'adoption d'un rapport intermédiaire, rapporte Les Echos. Les modalités pourraient à leur tour être définies au Conseil de Dublin en décembre prochain.
    Par ailleurs, le Conseil de Vérone a décidé de lancer la fabrication de la monnaie unique début 1998 de manière à disposer d'un stock suffisant à partir de la première mise en circulation prévue pour 2002.
    La subdivision de l'Euro sera le "cent". La valeur faciale des pièces sera de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 cents et de 1 et 2 Euros. Les Quinze ont convenu que les pièces pourront porter un signe national sur l'une des faces.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc