×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Conseil de la Pêche des Douze : L'Espagne et le Portugal intégreront l'Europe Bleue en 1996

    Par L'Economiste | Edition N°:160 Le 29/12/1994 | Partager

    Les flottes espagnole et portugaise pourront désormais pêcher dans les eaux communautaires à partir du 1er janvier 1996 à l'instar des autres Etats membres. Tel est l'aboutissement majeur du Conseil de la Pêche de l'Union Européenne qui s'est tenu du 19 au 22 décembre à Bruxelles. Depuis leur adhésion à la CEE en 1986, l'Espagne et le Portugal sont soumis, en effet, à un régime particulier limitant leur accès aux eaux communautaires. Ce régime devait durer jusqu'à fin 2003 mais, avec l'élargissement de l'Union, les Espagnols ont fait savoir qu'ils refuseraient d'être moins bien traités que les trois nouveaux membres.

    Madrid, qui menaçait de bloquer l'élargissement de l'Union le 1er janvier 1995 s'il n'obtenait pas satisfaction, n'a donc plus de raison de refuser la ratification des traités d'adhésion de l'Autriche, de la Suède et de la Finlande.

    Selon M. Jean Puech, ministre français de la Pêche, "cette intégration de l'Espagne ne perturbera pas l'équilibre fragile des ressources halieutiques". Dès janvier 1996, les pêcheurs de l'Union seront en effet soumis à une nouvelle réglementation.

    Adoptée le 22 décembre dernier, celle-ci consiste à resserrer les contrôles sur tous les navires afin d'éviter une surexploitation des eaux. Pour ce faire, chaque Etat s'engage à définir, pour tous les bateaux de plus de 15 mètres et pour chaque zone de pêche, des plans de gestion des quotas et à fournir la liste de ses bateaux autorisés à fréquenter simultanément une même zone. Ces bateaux devront en outre disposer de licences nominatives.

    Pour éviter le pillage des stocks de poissons disponibles, l'Union se contentait jusqu'alors d'attribuer à chacun de ses Etats membres des quotas annuels par zone de pêche et espèce de poisson.

    Par ailleurs, la presse étrangère rapporte que le volet des négociations le plus difficile concernait l'accès des Espagnols à l'"Irish box", situé entre l'Irlande et le Royaume-Uni. Le ministre anglais s'était opposé à l'idée que les Espagnols viennent pêcher en mer d'Irlande, dans le canal de Bristol et surtout dans le canal Saint-Georges réputé très poissonneux. Un compromis a toutefois pu être trouvé: les pêcheurs espagnols pourront accéder au canal Saint-Georges, au Sud-Ouest des Cornouailles. En contrepartie, ils ont renoncé à la mer d'Irlande et à la zone du canal de Bristol.

    La France, qui sera "quelque peu pénalisée" par l'accès des Espagnols à l'Europe Bleue, a obtenu de son côté un relèvement "substantiel" de son quota d'anchois qui passe de 3.000 à 17.300 tonnes.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc