×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Conseil de la monnaie et de l'épargne
Financez l'économie, messieurs les banquiers!

Par L'Economiste | Edition N°:1743 Le 08/04/2004 | Partager

. Oualalou exhorte les banques à financer la PME et les jeunes entrepreneurs. En contrepartie, les PME sont appelées à revoir le mode de gouvernance«Le Maroc économique est en marche», répétait à l'envi Fathallah Oualalou, ministre des Finances, lors du Conseil de la monnaie et de l'épargne (CNME), tenu à Rabat le 6 avril. Il en a rappelé aux banquiers et représentants du monde de la finance marocaine les indicateurs: Un PIB qui augmente de 5,5% en 2003, une épargne nationale qui grimpe de 5,4%, des investissements et prêts privés étrangers qui atteignent les 21,8 milliards de DH, un déficit budgétaire limité à 3,6%, une balance des paiements qui présente un excédent de 3,6% du PIB, des transferts des MRE qui croissent de 9,5%, des recettes touristiques qui enregistrent une hausse de 5,5% et des avoirs extérieurs de 14 milliards de dollars (ou 10 mois d'importations). En outre, il relève avec satisfecit l'amélioration du risque Maroc et sa perception par les investisseurs, à travers notamment le succès de l'opération de privatisation de la Régie des Tabacs et l'amélioration de la cotation de l'emprunt international “Maroc juillet 2008” sur les places financières mondiales (voir www.leconomiste.com).Mais les chiffres, comme le sont d'ailleurs les faits, sont têtus. L'argentier du Royaume reconnaît en effet que cette dynamique ne ravive pas les feux de l'économie marocaine, notamment à travers la transformation des ressources financières disponibles au niveau de l'économie réelle par des investissements pour créer de la richesse et des emplois. Le bon comportement des équilibres macroéconomiques “constitue autant de signes encourageants pour nous et nous conforte dans nos choix et nos orientations économiques. Toutefois, l'excédent de ressources que dégage notre économie depuis 2001 est pour nous un sujet de préoccupation et nous incite à nous interroger sur les facteurs qui empêchent une utilisation optimale de ces ressources par notre économie”, entend-il. Oualalou tire la sonnette d'alarme sur la décélération que connaissent les crédits à l'économie, notamment ceux qui sont affectés à l'équipement, sur les dernières années. Ainsi que les difficultés d'accès au financement que continuent de rencontrer les PME, et ce en dépit des mécanismes mis en place par le gouvernement, qui demeurent insuffisamment utilisés.Les “coupables” sont aussitôt pointés du doigt. Pour dépasser cette situation préjudiciable à l'ensemble des acteurs économiques, Oualalou exhorte encore une fois «la communauté bancaire à faire preuve d'imagination et de créativité pour mieux répondre à la demande de crédit et même susciter cette demande à travers l'encadrement et l'orientation des entreprises, notamment les jeunes entrepreneurs».Oualalou interpelle également les PME qui devraient étoffer leur management et leur mode de gouvernance. “Elles se doivent, souligne le ministre, d'améliorer davantage leur transparence financière en vue de profiter de ce contexte d'aisance de liquidité et des conditions de financement avantageuses consenties par les banques à leurs meilleurs clients”.«L'argentier du Royaume tire la sonnette d'alarme sur la décélération que connaissent les crédits à l'économie, notamment ceux qui sont affectés à l'équipement«Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc