×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Conseil de gouvernement: L'horaire continu traîne

Par L'Economiste | Edition N°:1054 Le 06/07/2001 | Partager

. La commission interministérielle chargée de concevoir les mesures d'accompagnement du nouveau système n'a pas encore rendu sa copie. Le projet de loi sur la copropriété adoptéLes fonctionnaires devront prendre leur mal en patience. L'application de l'horaire continu dans les administrations ne se fera pas de sitôt. Le Conseil de gouvernement, tenu hier jeudi, a encore une fois ajourné l'adoption de cette nouvelle organisation du travail. Cause: la Commission interministérielle chargée d'élaborer les outils d'accompagnement n'a pas encore terminé ses travaux. C'est du moins ce qu'a affirmé Mohamed El Achaâri, ministre de la Culture et de la Communication, lors du traditionnel point de presse. La Commission, constituée suite au Conseil de gouvernement du jeudi 7 juin dernier, devait normalement rendre son rapport deux semaines plus tard. Le délai n'a pas donc été respecté. El Achâari a assuré qu'aucune date pour l'entrée en vigueur de l'horaire continu n'est fixée. Pour l'heure, la Commission devra peaufiner son travail afin de garantir les meilleures conditions à l'installation du nouveau système. Le gouvernement veut apparemment verrouiller son projet pour parer aux inquiétudes qui avaient plané sur ce changement. De toutes les façons, les résultats de ce travail sont connus (voir notre édition du 25 juin 2001). Les grands axes du rapport portent sur l'opportunité de faire coïncider les différents horaires scolaires avec l'horaire administratif. A ce niveau, la Commission a conclu qu'ils n'ont jamais été les mêmes. L'enseignement sera donc épargné. Pour expliquer la teneur de ce nouveau système, la commission prévoit une campagne de sensibilisation auprès des fonctionnaires qui démarrera une fois le projet de décret publié au Bulletin Officiel. Cette campagne sera véhiculée aussi bien par les médias que par les mosquées via les prêches du vendredi.La mesure la plus en vue porte sur l'établissement de mécanismes de contrôle des présences. Le gouvernement compte utiliser les grands moyens. Les absences non justifiées seront sanctionnées par des déductions sur salaire. Les inspecteurs généraux des ministères seront étroitement associés à ce contrôle. Leur tâche consistera à évaluer les absences et proposer des redressements. La Commission préconise l'utilisation de techniques modernes de contrôle pour remplacer la feuille de présence. Mais elle ne précise pas de quelles techniques s'agit-il. Le Conseil de gouvernement a également adopté deux projets de loi importants. Le premier autorise l'ONE à filialiser son activité (Voir article ci-contre). Le deuxième porte sur la copropriété. Ce dernier projet, au SGG depuis l'année dernière, est présenté comme un outil de réglementation de la vie collective. Il amende le dahir de 1946 réglant le statut de copropriété des immeubles divisés en appartements.


Le syndic réhabilité

Le nouveau texte sur la copropriété a été très discuté par les professionnels. Il oblige les copropriétaires à respecter les règles de cohabitation et à s'acquitter de leurs droits vis-à-vis du syndic pour leur utilisation des parties communes. L'objectif est d'accompagner l'évolution de la vie collective et organiser les espaces communs. Ce projet est d'autant plus important que le nombre d'habitations en copropriété augmente considérablement. Chose normale, la cherté des terrains constructibles fait que les habitations gagnent en hauteur. La cohabitation pose souvent d'énormes problèmes, ce qui se répercute sur l'état du cadre bâti. Les exemples d'immeubles devenus délabrés quelques années après leur construction sont nombreux. Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc