×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Conjoncture
La demande intérieure toujours là… heureusement!

Par L'Economiste | Edition N°:3133 Le 21/10/2009 | Partager

. Elle devra compenser la baisse de la demande étrangère. La croissance économique se situera aux alentours de 5,3% en 2009. BTP, tourisme, phosphates… recommencent à respirerDans un contexte de baisse de la demande étrangère, la croissance économique en 2009 serait de plus en plus soutenue par la demande finale intérieure, malgré une conjoncture marquée par l’inflation (1,6% à fin août 2009). Ainsi, selon le tout dernier rapport du ministère des Finances, la demande intérieure bénéficierait des retombées positives de la campagne agricole, du recul du taux de chômage (8% au deuxième trimestre 2009) et enfin de la progression continue des crédits à la consommation (+21,7% à fin août 2009). En outre, l’activité économique nationale devra aussi amplement profiter du fameux «plan de soutien aux petites et moyennes entreprises et de la mise en place du comité de veille stratégique public-privé». Il faut dire que si les finances restent aussi optimistes (tablant même sur une croissance de l’ordre de 5,3% pour 2009!) c’est en grande partie grâce à l’évolution récente des indicateurs conjoncturels. Ceux-ci semblent en effet révéler une atténuation du rythme baissier de certains secteurs directement concernés par la crise (industrie, tourisme et phosphates), ainsi que la relative bonne tenue d’autres activités comme le BTP et l’énergie.Ainsi, au niveau du bâtiment, les ventes de ciment ont enregistré, à fin août 2009, une hausse de 1,1% par rapport à fin juillet 2008. De même, la production d’électricité a clôturé les huit premiers mois de l’année sur une progression de 2,7% (glissement annuel). Concernant l’activité manufacturière, le rythme de baisse de l’indice de la production industrielle a toutefois ralenti, passant à -1% au deuxième trimestre 2009 après -1,6% au premier trimestre 2009 et -4,4% au 4e trimestre 2008.Du côté du secteur touristique, les arrivées de touristes ont augmenté de 8,3% par rapport à fin juillet 2008. En revanche, les nuitées réalisées dans les hôtels classés restent toujours autant en baisse, mais à un rythme moins prononcé toutefois, en comparaison avec les mois précédents de l’année 2009, passant ainsi à -1,8% à fin juillet 2009 après -3% en juin dernier.Cependant, pour le seul mois de juillet, les nuitées se sont accrues de 3,7% par rapport à la même période de l’année dernière. Compte tenu de ces évolutions, les recettes voyages générées demeurent en baisse (-9,9% à fin août 2009 par rapport à leur niveau de la même période de l’année précédente), mais à un rythme de recul en ralentissement d’un mois à l’autre (-11,1% à fin juillet 2009 et -13,6% à fin juin 2009). Du côté de l’investissement, des signes de dynamisme persistent toujours. En témoigne d’ailleurs la hausse, à fin août 2009, de 26,6% des crédits accordés à l’équipement et de 22,2% des dépenses d’investissement du budget général de l’Etat. Rappelons que les échanges extérieurs du Maroc demeurent rudement affectés par la baisse de la demande étrangère adressée aux produits nationaux. Ainsi, les exportations et les importations de biens et services (FOB/FOB) ont clôturé les huit premiers mois de l’année 2009 sur un recul en valeur respectivement de 23,4% et 18,3% par rapport à la même période de l’année précédente, portant ainsi le taux de couverture à 71,8%, en repli de 4,8 points par rapport à fin août 2008. De quoi laisser sceptique face aux ambitieuses prévisions annoncées.


Retour de la manne des phosphates?

L’activité à l’export du groupe OCP semble peu à peu retrouver un regain de forme. Ainsi, au terme du 1er semestre 2009, les productions de phosphates, d’acide phosphorique et d’engrais naturels et chimiques se sont repliées respectivement de 52,3%, 33,5% et 35,4% par rapport à fin juin 2008 et de 52,6%, 35,6% et 33,3% par rapport à fin juin 2007. Toutefois, le deuxième trimestre 2009 a été marqué par une progression de la production de ces produits respectivement de 123,9%, 158,3% et 70,1% par rapport au 1er trimestre de l’année en cours, en liaison avec la stratégie anticipative de l’Office. Celle-ci vise à constituer un stock commercialisable en prévision de la reprise de la demande sur le marché international. Quant à l’activité à l’export du groupe OCP, elle a généré, à fin juillet 2009, un chiffre d’affaires avoisinant les 11,2 milliards de DH (cf. L’Economiste du 6 août 2009). Soit une hausse de 12,4% par rapport à fin juillet 2006. En gros, une année plutôt «normale» selon les Finances, surtout si on la compare avec les années 2007 et 2008 où le secteur des phosphates avait connu une conjoncture exceptionnelle caractérisée par l’envolée des cours des phosphates et dérivés.Mohamed MOUNADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc