×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Congrès mondial de la psychiatrie sociale
Marrakech se repositionne sur l’incentive

Par L'Economiste | Edition N°:2691 Le 14/01/2008 | Partager

. Préparatifs déjà en cours pour le congrès qui démarre en 2010. 2.000 participants et 30 millions de DH de chiffre d’affaires attendus. L’intégration des services pour les malades mentaux, thème de la rencontreAPRÈS Prague, c’est Marrakech qui devra accueillir le 10e congrès de l’association mondiale de la psychiatrie sociale en octobre 2010. Rencontre tenue tous les trois ans depuis la création de l’association en 1964. Pour cette candidature, Marrakech était en concurrence avec Barcelone, entre autres. C’est le célèbre professeur Driss Moussaoui, chef de service de psychiatrie du CHU de Casablanca et membre de l’association mondiale qui a défendu la candidature de Marrakech. Ainsi, la gestion de cette grand-messe sera confiée à l’agence Atlas Voyage. Sont attendus quelque 2.000 participants scientifiques en provenance de 75 pays.Pour Othman Alami, patron d’Atlas Voyage et aussi président de la Fédération nationale du tourisme, «c’est une excellente opportunité pour Marrakech de présenter son potentiel et de relancer la destination dans le tourisme d’incentive». «Et nous avons deux ans pour préparer minutieusement la rencontre de Marrakech». Mais il ne faut pas attendre la veille pour s’y mettre. En effet, la campagne a déjà démarré: trois points de presse ont été tenus à Marrakech, Casablanca et Rabat. Un mailing concernant 15.000 adresses sera lancé le mois prochain, et un site Web sera bientôt opérationnel avec des enregistrements en ligne. Egalement une campagne de promotion à Nice, Washington et Munich.«Les tarifs de participations ont été étudiés avec la collaboration des établissements hôteliers de Marrakech et les compagnies aériennes y compris les low-costs», insiste Alami. Quelque 10.000 nuitées seront générées par ce congrès, soit environ 10 millions de DH de chiffres d’affaires pour les hôteliers. Le chiffre d’affaires global (transport, restauration, Palais des Congrès) avoisine, quant à lui, les 30 millions de DH. A noter qu’un congressiste dépensera en moyenne 16.000 DH (frais de participation, restauration, avion).Côté thème, c’est le comité scientifique du congrès auquel participe de célèbres auteurs, universitaires et praticiens dans la psychiatrie sociale, qui s’en charge. Celui retenu pour ce 10e congrès est l’intégration des services pour les malades mentaux. «Nous invitons tous nos collègues à s’intéresser à la situation de détresse et aux souffrances des patients et ainsi qu’au manque d’intégration des services de santé mentale dans les systèmes de santé généraux», appelle Julio Arboleda Florez, président du Wasp. Le Pr Moussaoui va encore plus loin: «Dans les hôpitaux, ces malades sont les plus souffrants. Et au sein de leurs familles encore davantage, car, pour celles-ci, c’est la honte. On enferme le malade. On lui tourne le dos et on tente de l’oublier». Le malade mental est donc boudé à la fois par sa famille et par le système. Officiellement, il n’existe aucune clinique psychiatrique privée au Maroc, seulement des services dédiés. Quant aux capacités d’accueil au sein des structures psychiatriques (moins de 1.990 lits au niveau national), elles sont loin d’être suffisantes et correctement équipées. Pourtant, il existe un besoin. Rappelons qu’au Maroc, la première enquête du genre, réalisée dernièrement par le service de Santé mentale au sein du ministère de la Santé et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), indique que 49% des plus de 15 ans ont eu au moins un trouble mineur récurrent. «La psychiatrie sociale peut jouer un rôle pour la guérison, mais nous avons surtout besoin d’une stratégie nationale et globale pour la prévention», insiste Moussaoui. La ministre de la Santé Yasmina Baddou est très sensibilisée à ce sujet, indique Moussaoui. Un plan national est en gestation. Aujourd’hui, à peine 1% du maigre budget de la Santé est consacré aux maladies mentales.


Peut-être 12.000 congressistes

SI la démarche réussit, Moussaoui compte bien attirer le prochain congrès de l’association de la psychiatrie sociale auquel sont attendus 12.000 congressistes. «Pour l’heure, réussir le 10e congrès de la psychiatrie sociale sera notre gage de sérieux, meilleur moyen de persuader la World Psychiatric Association d’organiser son meeting», renchérit Moussaoui qui est pressenti pour la présidence de la Wasp (World association for social psychiatric).Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc