×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Concurrence: Les 25 se penchent sur le cas Microsoft

Par L'Economiste | Edition N°:2311 Le 04/07/2006 | Partager

. Décision définitive le 12 ou le 19 juillet Les experts en concurrence des 25 pays de l’UE devaient discuter hier 3 juillet à Bruxelles du dossier Microsoft. Et ce, afin de décider si le groupe a ou non respecté sa condamnation de 2004 pour abus de position dominante et si une amende supplémentaire doit lui être infligée. Une seconde réunion est annoncée pour le 10 juillet, a indiqué le porte-parole européen à la Concurrence, Jonathan Todd. Cette réunion constitue un simple exercice de «routine», a-t-il tenu à préciser, car tout dossier de ce type doit être présenté pour avis aux Etats membres, qui doivent se prononcer sur le principe et le montant de l’amende. Selon une source proche du dossier, la Commission rendra sa décision définitive le 12 ou le 19 juillet, avec une plus forte probabilité pour la première date. Elle devrait alors imposer de nouvelles astreintes à Microsoft, pouvant aller jusqu’à 2 millions d’euros par jour. Le montant de l’amende sera calculé rétroactivement à compter du 15 décembre 2005, date où la commissaire à la Concurrence, Neelie Kroes, a officiellement posé un ultimatum à Microsoft. Elle pourrait atteindre plus de 400 millions d’euros. En mars 2004, à l’issue d’une enquête marathon de plus de cinq ans, l’exécutif européen avait condamné le géant américain des logiciels à une amende record de 497 millions d’euros pour pratiques anticoncurrentielles. Dans le même temps, il avait exigé de Microsoft qu’il commercialise une version de son système d’exploitation Windows sans le logiciel audio et vidéo Media Player et qu’il divulgue à ses concurrents la documentation technique nécessaire au dialogue de leurs produits avec Windows. Plus que l’amende, dont Microsoft, assis sur un trésor de guerre, s’est déjà acquitté, ces «mesures correctives» avaient irrité au plus haut point le groupe de Redmond (nord-ouest des Etats-Unis), qui, depuis, traîne les pieds et tarde à obtempérer.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc