×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Concours de l’innovation
    Pas de pétrole… mais des idées!

    Par L'Economiste | Edition N°:2290 Le 05/06/2006 | Partager

    . Sur 18 trophées, trois ont particulièrement retenu l’attention. Soutien de la recherche: Des prix qui montent à 40.000 DHIls n’ont pas de pétrole (entendez les ressources) … mais ils ont des idées! 12 jeunes chercheurs en biochimie et biologie mécanique (BBM) ont reçu le 1 er juin, un prix d’encouragement (2.500 DH chacun) dans la catégorie «jeunes chercheurs en BBM», assorti d’un joli diplôme. Organisé par l’Association marocaine pour la recherche et le développement, représenté par Mourad Chérif (son président), la quatrième édition du concours national de l’innovation a récompensé également six autres lauréats dans les catégories «Innovations technologiques» (2 prix de 20 et 10.000 DH) «Travaux de recherche» (1 prix de 20.000 DH) et «Innovation dans les entreprises» (3 prix de 40, 20 et 10.000 DH). Retenus sur la base de leur projet inventif, ces chercheurs ont reçu le précieux sésame qui devrait leur permettre d’aller plus loin, grâce notamment au soutien financier qui peut atteindre 40.000 DH. Le but du concours annuel est, bien sûr, de sensibiliser sur l’innovation, mais aussi de «rapprocher les jeunes et les universités», explique Mourad Chérif. Rappelons que grâce à l’association R&D Maroc, des mesures incitatrices ont été intégrées par le gouvernement, notamment celle concernant la constitution d’une provision pour le financement de projets inventifs. L’innovation reste l’un des derniers facteurs de compétitivité pour les entreprises au Maroc qui souhaitent se frotter à la concurrence internationale. Globalisation oblige, les entreprises ne peuvent faire l’économie d’un minimum de R&D. La survie de certaines filières destinées à l’export en dépend. Cette action de promotion a le mérite de mettre sous les feux médiatiques, des projets qui auraient pu rester dans l’ombre… Comme celui de Yassine Wakil, par exemple, la vingtaine, étudiant à l’Institut agronomique et vétérinaire de Rabat qui a reçu 10.000 DH pour son projet de confiserie gélifiée. Il a mis au point une formule simplifiant le process de fabrication, «réellement innovante et compétitive», témoigne un membre –impressionné- de R&D Maroc. La société Mafoder empoche, elle, 20.000 DH en ayant imaginé la réalisation de carcasses de moteurs pour locomotives, en acier moulé. Jusque-là, l’ONCF importait les matériaux avec tous les soucis liés à la maintenance que cela implique. L’Office national des chemins de fer serait intéressé.L’autre projet qui a retenu toute l’attention de l’assistance, le Pocket Desktop, devrait éviter bien des casse-têtes aux utilisateurs de l’élément informatique. La clé USB mise au point par deux frères Belkhayat contient toute une série de logiciels intégrés. Ils empochent 40.000 DH, le premier prix de leur catégorie: «Innovation dans les entreprises».Céline PERROTEY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc