×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Compétitivité: Bons points pour le marché domestique et l’investissement

Par L'Economiste | Edition N°:1796 Le 23/06/2004 | Partager

. C’est ce qui ressort des résultats de la dernière enquête 2003 de l’OCIEML’Observatoire de la compétitivité internationale de l’économie marocaine (OCIEM) perpétue la tradition et présente son rapport 2003 la tendance générale dans le Royaume. Trois faits sont à signaler. La première performance, plutôt bonne, concerne le dynamisme financier, celui du marché domestique et le climat d’investissements. En effet, selon l’enquête, le Maroc fait partie, pour ces activités, de la catégorie des pays à résultats intermédiaires, tranche supérieure. Par rapport à l’année précédente, le Royaume a gagné des positions pour le dynamisme du marché domestique. Il a par contre régressé au titre du facteur financier, alors qu’il continue à enregistrer de bonne performance dans ce domaine, indique l’enquête.La seconde tendance situe le Royaume dans la catégorie des pays à résultats intermédiaires, tranche inférieure pour ce qui est du dynamisme macro-économique, des ressources humaines, du développement technologique et des infrastructures physiques et institutionnelles. A l’origine, une lente progression des indicateurs caractérisant ces derniers, à savoir un taux d’analphabétisme de 52,2% et une part de biens d’équipement de 20,1% dans les importations totales.Une dernière performance concerne le commerce extérieur. Pour ce secteur, le Maroc se place dans la catégorie des pays à résultats faibles. Un classement qui revient principalement au recul de la part des exportations manufacturières dans le PIB, qui est passée de 15,5% lors de l’observation antérieure à 14%. Mais aussi à une faible adaptation des entreprises aux changements du marché (4,9/10) et l’absence d’une culture marketing (4,58/10). Rappelons que l’étude concerne le potentiel compétitif de l’économie marocaine par rapport à un échantillon de pays émergents et de l’UE (Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Chili, Hongrie, Inde, Indonésie, Malaisie, Mexique, Philippines, Pologne, Thaïlande, Turquie, Grèce et Portugal). M. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc