×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Compensation: Les pétroliers mettent le gouvernement sous pression

    Par L'Economiste | Edition N°:2131 Le 17/10/2005 | Partager

    . Menaces sur l’approvisionnement. 12 milliards de DH pour la Caisse mais pas avant 2006Les sociétés de distribution de carburant et de gaz sont au bord de l’asphyxie. Et pour cause, les arriérés de paiement de la Caisse de Compensation atteignent près de 5 milliards de DH. A fin décembre, cette ardoise de l’Etat dépassera 7 milliards. La situation est telle que le Groupement des Pétroliers du Maroc (GPM) lance un “appel pressant aux pouvoirs publics pour éviter un point de non-retour tant pour les opérateurs que les consommateurs”. Le communiqué rappelle que “les nombreuses démarches et propositions faites par les sociétés de distribution n’ont permis d’élaborer aucune solution d’urgence pour le court terme et encore moins leur donner une visibilité pour 2006”. Pour le président du GPM Roger Miller, l’objectif est de mettre le sujet au-devant de la scène publique car la situation est suffisamment alarmante pour trouver des solutions rapidement. C’est plus qu’une sonnette d’alarme que le GPM vient de tirer. Il exprime un ras-le-bol des professionnels et demande publiquement au gouvernement de prendre ses responsabilités. “Si rien n’est fait, le risque de tension dans l’approvisionnement du pays en produits pétroliers n’est pas exclu”, précise un responsable dans le secteur de l’énergie. Sans être alarmiste, ce risque peut s’étendre à l’électricité dont une grande partie est produite à base de fuel. “Alors place au système de délestage, avec tous les inconvénients”, dit-il. En tout cas, le Premier ministre doit recevoir les distributeurs cette semaine. Le jour n’est pas encore fixé. En attendant, Rachid Talbi El Alami, ministre des Affaires économiques et générales, et à ce titre tuteur de la Caisse de Compensation, ne comprend pas “la sortie du GPM”. “Nous sommes en négociations pour trouver des solutions”. Le gouvernement a d’ailleurs proposé aux pétroliers la formule d’un crédit sur la TIC avec un taux d’intérêt de 5% pour un délai de 6 mois et un plafond de 1 milliard de DH. En d’autres termes, il s’agit de différer le paiement de la TIC de six mois en signant un document à la douane. Cette formule présente l’avantage d’alléger leur trésorerie pendant cette période, le temps de trouver d’autres solutions. Les pétroliers l’ont rejetée.


    3 milliards «tout de suite»

    Dans cette affaire, les pétroliers savent que les 5 milliards de DH de dettes de la Caisse ne sont pas budgétisés dans la loi de Finances en cours. Pour cela, il faudra patienter jusqu’en 2006. Le gouvernement a en effet programmé 12 milliards de DH pour la Caisse de Compensation l’année prochaine. Dans cette enveloppe seront inclus les 7 milliards de DH de dettes de 2004.C’est presque le budget d’investissement effectif de l’Etat au cours d’une année (19 milliards de DH). Les pétroliers voient les choses autrement. L’un d’entre eux suggère au gouvernement d’aller dans des lignes budgétaires restées intactes pour opérer les transferts nécessaires et payer une partie des arriérés. Les sociétés veulent obtenir au moins 3 milliards de DH tout de suite, avec un engagement écrit du gouvernement sur un échéancier précis. Cela a l’avantage de donner de la visibilité aux banques. Tout le monde sera fixé avant la fin de cette semaine.M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc