×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Communales: Les promesses de Chakib Benmoussa

Par L'Economiste | Edition N°:2862 Le 17/09/2008 | Partager

. Un seul document pour voter: la CIN. Scrutin de liste dans les communes de 35.000 habitantsC’EST confirmé. Les élections communales auront lieu au cours du moins de juin 2009. La proposition commune à certains politiques et au ministère de l’Intérieur d’avancer la date des élections a finalement été retenue par les partis récalcitrants. C’est d’ailleurs ce qui a été décidé, lundi dernier, lors de la rencontre du ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa avec les représentants des quatre partis politiques de la majorité gouvernementale (PI, USFP, RNI et PPS). Une réunion qui n’a cependant pas été seulement consacrée à la date des élections. C’était en fait également l’occasion pour le département de l’Intérieur de dévoiler ses propositions et de recevoir celles de ses interlocuteurs, les partis de la majorité gouvernementale.Ainsi, Benmoussa a proposé aux formations politiques, et elles devront s’en contenter, un apurement des listes électorales, qui viendrait s’ajouter aux inscriptions légales (mais non régulières) sur ces listes pour les jeunes qui ont ou auront atteint 18 ans. Les partis politiques veulent, pour leur part, une révision pure et simple des listes à défaut de l’établissement de nouvelles.Il a également été convenu, pour les communales de 2009, de maintenir le mode de scrutin par liste. Mais ce mode sera étendu à toutes les communes et circonscriptions dont la population atteint 35.000 habitants au lieu de 25.000 actuellement. Il a également été décidé que les listes doivent impérativement comporter au moins un tiers de femmes candidates. Les partis politiques, notamment le Parti du progrès et du socialisme (PPS), proposaient, pour leur part, le scrutin de liste pour toutes les communes et circonscriptions de 15.000 habitants et plus, et le scrutin uninominal pour celles qui sont en deçà de ce nombre. Mais l’Intérieur n’a pas cédé, de crainte de voir se multiplier les circonscriptions. Toutefois, il y aura forcément un nombre beaucoup plus important de communes où prédominera le scrutin uninominal. Ces communes recevront un bonus financier si elles encouragent la participation des femmes aux élections, non seulement comme électrices, mais aussi comme candidates. Un succès toutefois pour les partis politiques: désormais, il suffit de la seule carte d’identité nationale (CIN) pour voter. Plus besoin de carte d’électeur, qui «est désormais considérée comme une sorte d’invitation».Cette réunion n’est pas la première du genre. Elle fait suite aux rencontres de concertation tenues les 8 et 9 septembre par Benmoussa avec d’autres formations politiques qui ont atteint le seuil de 5% de voix aux élections législatives du 7 septembre 2007. A ce propos, ce critère de 5% n’est pas pour plaire à tout le monde. A commencer par le secrétaire général du Parti travailliste, Abdelkrim Benatik. Ce dernier l’a, d’ailleurs, fait savoir au ministre de l’Intérieur dans une lettre de «protestation» et sur un ton assez véhément. «En décidant de ne convoquer que les partis qui ont atteint le seuil des 5% de voix lors des échéances de septembre 2007, vous avez outrepassé le caractère de concertation en excluant unilatéralement (ndlr: des rencontres) des partis, pourtant, représentés au Parlement», a dit Benatik au ministre de l’Intérieur. Avant de l’accuser de donner, par de tels comportements et de manière flagrante, «un caractère politique à ces rencontres notamment en «excluant (de la concertation) une bonne partie des représentants de la nation».Selon une source, qui a pris part à la réunion du lundi dernier, les partis politiques de la majorité ont présenté au ministre de l’Intérieur leurs propositions concernant les préparatifs des prochaines échéances (élections communales, régionales, préfectorales et provinciales, professionnelles et pour le renouvellement du tiers sortant de la Chambre des conseillers). Une synthèse générale des propositions faites par l’ensemble des partis, ainsi que les principaux axes de la plate-forme sur la base de laquelle seront élaborés les projets d’amendement du code électoral, ont été discutés lors de cette rencontre.


Charte morale

Partis politiques et département de l’Intérieur conviennent de l’aspect moral dans l’opération électorale. La plate-forme de synthèse insiste sur la nécessité d’adopter une charte morale engageant toutes les formations politiques qui auront ainsi à contribuer à moraliser ces prochaines échéances, tout en veillant à l’application, avec la fermeté requise, des mesures répressives le cas échéant.Elle comprend, en outre, des mesures convenues au sein d’une commission technique regroupant les départements de tutelle des chambres professionnelles, ajoute notre source, précisant que ces mesures portent sur l’élargissement et la détermination des corps électoraux pour les chambres professionnelles, outre des mesures à caractère purement technique.Ces concertations avec les formations politiques se poursuivront, mercredi, dans le cadre d’une réunion technique consacrée à l’examen de la plate-forme proposée en prévision des élections de 2009.Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc