×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Economie

Commission des investissements
Les Marocains en tête des projets approuvés

Par L'Economiste | Edition N°:2663 Le 30/11/2007 | Partager

. Avec 2 milliards DH, le futur Morocco Mall en première position . Pétrochimie, cimenterie, distribution… les secteurs cibles UNE 7e réunion de la commission des investissements a été tenue mercredi dernier à Rabat. Lors de cette séance pas moins de 28 projets étaient au menu. Comme nous l’avions annoncé, ils sont d’un montant global de 4,7 milliards de DH et comptent générer plus de 7.200 emplois. Le futur Morocco Mall de Casablanca est aux premières loges avec en vue un investissement de 2 milliards de DH et la création de 5.000 emplois. La 2e convention d’investissement est celle de l’espagnol Essentium. Une cimenterie sera implantée à Nador pour 1,7 milliard de DH. A Casablanca, l’opérateur de pétrochimie Somas compte injecter 355 millions de DH. Jacob Delafon (217 millions de DH) et Idinter (206 millions de DH), qui opèrent dans le tourisme, installeront leurs projets à Tanger. Il y a également le jardin zoologique de la région Rabat-Salé qui va coûter 800 millions DH. Sur les 28 projets examinés, treize d’entre eux été soumis pour information. Ce sont des investissements déjà «approuvés par le fonds Hassan II pour la promotion économique et social. Celui-ci cible notamment le textile, l’aéronautique et les composantes automobiles», précise Hassan Bernoussi, directeur de la commission des investissements. D’ailleurs, 9 contrats d’investissements concernent le secteur textile. La liste compte également dix autres projets soumis, cette fois-ci, pour approbation de la commission. Cinq autres requêtes ont été soumises à l’arbitrage du Premier ministre, Abbas El Fassi. Les projets présentés pour approbation contiennent un contrat d’investissement, 6 convention d’investissement et 3 avenants aux de conventions. Les montants qui seront injectés s’élèvent à plus de 4 milliards de DH et plus de 6.200 emplois seront créés. Il n’est pas précisé s’il s’agit en totalité d’emplois directs ou indirects. Sept projets, dits de conventions, sont répartis entre quatre pays. Les investisseurs marocains arrivent en tête avec 4 projets. Ils sont suivis respectivement par les Espagnols, les Français et un projet maroco-américain. La région du Casablanca s’adjuge trois projets. La capitale économique concentre à elle seule «51% des investissements industriels», d’après une étude récente du cabinet en conseil immobilier CB Richard Ellis. Les régions de Tanger-Tétouan se classent en 2e position. Celle de l’Oriental et de Zemmour zaer au 3e rang.Depuis le début de l’année, la commission d’investissement a approuvé 77 projets d’un montant global de 69,24 milliards de DH. Les emplois qui seront créés dépasseront les 43.600. Le montant des investissements réalisés il y a deux ans a atteint 20 milliards de DH. Depuis cette date, ils se sont multipliés plus que par trois.


Chouchous

LA configuration des investissements directs étrangers (IDE) prend une nouvelle tournure. Les recettes relatives aux privatisations n’ont représenté que 15,8%, l’année dernière. Il y a 5 ans, cette part était de 71% ou encore de 60% en 2003 (www.leconomiste.com). Le temps des recettes exceptionnelles semble s’éloigner. Le tourisme et l’immobilier demeurent les secteurs chouchous des investisseurs. Ils s’accaparent à eux seuls près de la moitié des IDE (48%). Une radioscopie des investissements permet de constater, encore une fois, que la France et l’Espagne demeurent en tête des pays investisseurs au Maroc. Ils sont suivis de l’Union économique luxembourgeoise (UEBL). A eux trois, ils concentrent près des trois quarts des investissements, soit 72%. Les pays du Golfe commencent à s’imposer. Les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite devancent des pays comme l’Italie. F. F.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc