×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Commerce mondial: Net tassement en 1998

Par L'Economiste | Edition N°:394 Le 07/12/1998 | Partager

Le taux de croissance du commerce mondial va sensiblement diminuer cette année. Il reste cependant supérieur à celui du PIB. Une modification dans sa structure est attendue.


Le commerce mondial devrait progresser de près de 4% en volume cette année après un record de 10% en 1997. La crise asiatique et l'incertitude qui persiste sur les mois à venir sont les principales causes de ce tassement, explique l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) dans son rapport publié le 3 décembre. Il est précisé que le taux de croissance de 4% en 1998 est identique aux niveaux moyens des années 1990 à 1993.
Pour 1999, il est prévu une croissance du commerce mondial au moins équivalente à celle de 1998, bien que les estimations aient été récemment revues à la baisse.
Malgré les crises qui sévissent, l'économie mondiale continue son ouverture, indique le rapport. Ainsi, l'augmentation des échanges restera cette année supérieure à celle du PIB mondial estimée à 2%.
Selon l'OMC toujours, l'évolution en valeur des échanges mondiaux devrait cependant être négative de 1 à 2%, compte tenu des niveaux du Dollar et du prix du pétrole. Le cumul des exportations atteignait quelque 5.300 milliards de Dollars en 1997.
La crise qui s'est aggravée en Asie du Sud-Est et le fait que le Japon ait basculé au premier semestre 1998, situation imprévue, expliquent "l'ajustement à la baisse des projections concernant le commerce mondial".

Toutefois, les craintes d'un renforcement du protectionnisme, dû aux crises asiatique, russe et latino-américaine, ne se sont pas concrétisées. Une grande partie des pays touchés ont au contraire accéléré la libéralisation de leurs échanges, estime l'Organisation.
En outre, les événements récents en Russie devraient aboutir à une "nouvelle réduction de la production et des échanges mondiaux bien que l'ampleur de cet impact soit encore incertaine".
Phénomène important, l'OMC fait remarquer que la structure régionale des échanges mondiaux va connaître une profonde modification cette année.
La part de l'Asie, qui avait sensiblement progressé depuis le début de la décennie, va diminuer, surtout à l'importation. Ainsi, sur les 9 premiers mois de 1998, ses exportations ont connu un retrait de 7%, et ses importations de 16%.
Le Moyen-Orient et l'Afrique vont également voir leur part baisser. En cause, le niveau extrêmement bas des cours du pétrole et le prix des matières premières, surtout les métaux dont l'Afrique tire la plupart de ses revenus.
L'Amérique latine, région la plus dynamique en 1997 et au début de 1998, a vu la progression de ses échanges fortement ralentie au cours de l'année. Ses exportations, qui avaient augmenté de 10% en 1997, ont chuté au 3ème trimestre 1998. Le rythme de croissance des exportations s'est ralenti de 15% en 1997 et au 1er trimestre 1998 et de 5% au 3ème trimestre.
Sur l'ensemble de 1998, l'Amérique latine devrait faire mieux que la moyenne mondiale, malgré "certains risques", estime l'OMC.
Les échanges de l'Amérique du Nord, et dans une moindre mesure de l'Europe, devraient progresser davantage que ceux du reste du monde sur l'ensemble de 1998.


Le poids des produits manufacturés


Les combustibles, qui représentaient 8% du commerce mondial en 1997, vont voir leur part baisser. Déjà l'année dernière, ils ne représentaient plus que le tiers de leur niveau en 1981. Pour principale cause, la chute des cours pétroliers. La part des métaux et de la plupart des produits primaires est également appelée à diminuer, note le rapport. Par contre, le pourcentage des produits manufacturés va atteindre un nouveau record, avec plus de 80% du commerce mondial des marchandises et ce, malgré la chute de leurs prix facturés en Dollars. Les échanges de services enfin ne progresseraient que de 1% cette année après 3% en 1997 pour 1.300 milliards de Dollars.

Wissal SEGRAOUI (AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc