×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Comment les Marocaines emploient leur temps

    · Le sommeil et les repos durent plus longtemps qu'ailleurs

    Par L'Economiste | Edition N°:459 Le 09/03/1999 | Partager

    · Les activités ménagères empêchent la femme de se consacrer davantage à des activités lucratives ou économiques

    · La télévision absorbe près de 3 heures de son temps

    · Les conditions de la femme marocaine sont presque similaires à celles de la femme française du milieu des années 1980


    L'enquête Emplois du Temps de la Femme de la Direction de la Statistique décortique l'emploi du temps de la femme. Il y a plein de surprises. Le temps physiologique (sommeil, repas, toilette) occupe la moitié de la journée, soit 12h44 en milieu urbain et 12h29 en milieu rural. En moyenne, la femme rurale consacre 1h34 au repas pris à domicile, 9h5 au sommeil et 42 mn à l'hygiène personnelle. La moyenne est identique en ville à l'exception de l'hygiène qui atteint 1h30.
    Le temps passé à faire le ménage est de 5 heures environ. Les tâches domestiques et ménagères (préparation des repas, lessive, nettoyage, achat de produits de consommation, approvisionnement du ménage en eau et bois de feu) occupent en moyenne 5h17 (5h53 en milieu rural et 4h49 en milieu urbain). Si le logement n'est pas branché en eau, la femme doit en plus consacrer près d'une heure à son approvisionnement, soit environ 1h20 en zone rurale et 34 mn en zone urbaine.
    A cela s'ajoute 1h47 dans les zones rurales pour le ramassage du bois. De son côté la femme citadine qui occupe un emploi à l'extérieur doit consacrer en plus du temps professionnel près de 5 heures aux occupations domestiques et ménagères contre 5h42 pour la femme au foyer.
    La femme rurale, ellee, passe 5h27 aux tâches ménagères si elle est active et 6h53 si elle est inactive. Le temps consacré à l'activité s'établit à 25h33 par semaine en milieu rural et 34h25 en milieu urbain.
    La description de l'emploi du temps de la femme au cours d'une journée entière montre que l'insuffisance des équipements sociaux augmente les charges domestiques et ménagères. La conséquence directe est que le temps alloué par la femme à l'activité économique est faible. La femme pourvue d'un travail consacre en moyenne 25h33 par semaine à l'activité économique en milieu rural et 34h25 en milieu urbain. Les conditions des femmes marocaines peuvent être rapprochées de celles des femmes françaises des années 80, les conditions peuvent être rapprochées. Les Marocaines restent de plus grandes dormeuses, une demi-heure de plus en moyenne par rapport aux Françaises. Elles prennent également plus leur temps pour prendre leurs repas et ce, qu'elles soient actives ou non.

    Si la part attribuée aux loisirs (lecture, spectacle, jeux...) par la Française est plus grande, le temps alloué aux contacts physiques et verbaux (communication, visite, réception..) par la Marocaine est plus important. La télévision absorbe une part importante du temps consacré aux loisirs par la Marocaine, près de 3 heures en moyenne contre un peu moins de 2 heures pour la Française.


    L'autorisation du mari incontournable


    Urbaine, rurale, active ou pas, la dépendance de la femme vis-à-vis du tuteur jalonne toute sa vie. Près de la moitié d'entre elles sont mariées par leurs parents. Elles sont nombreuses, près de 4,5 millions. Rares sont celles qui président à leurs destinées. Seules 3,7% des femmes rurales ont décidé d'elles-mêmes de leur premier mariage et 12,2% en milieu urbain.
    Autre niveau de dépendance, une fois mariée, l'autorisation du mari pour toute sortie de la femme est omniprésente. Selon l'enquête, elle est indispensable pour un peu moins de 9 femmes sur 10 en milieu rural et un peu plus de 6 femmes sur 10 en milieu urbain.
    L'enquête reste assez discrète dans ses premiers tomes. Elle ne viole pas l'intimité conjugale en poussant l'analyse des rapports homme-femme au sein du foyer.
    Phénomène prévisible, la femme urbaine dispose de marges de manoeuvre plus larges. Par exemple, 4 femmes sur 10 gèrent leurs avoirs productifs contre un peu moins de deux à la campagne . En revanche, les avoirs sont gérés pour 15% de l'échantillon par la femme et le mari à la campagne contre 8,5% en milieu urbain. Pour celles qui sont seules, soit célibataires (3,2 millions), soit veuves (790.000) ou divorcées (300.000), les conditions de vie sont encore plus difficiles. Un ménage sur six est dirigé par une femme. Les femmes sont d'ailleurs les plus exposées à la misère.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc