×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Comment les coopératives veulent contribuer à la prise en charge des femmes dans le monde rural

Par L'Economiste | Edition N°:1140 Le 09/11/2001 | Partager

. L'analphabétisme, le manque de gestionnaires, de commerciaux... autant de handicapsL'Office du Développement et de la Coopération (ODCO) vient d'élaborer son rapport sur les rencontres régionales organisées sous le thème «les coopératives et l'intégration de la femme». Ces manifestations ont eu lieu dernièrement dans 14 régions du Royaume.1.537 participants ont contribué à l'animation de ces rencontres dont plus de 80% sont des femmes. Cette présence féminine massive s'explique par le rôle important que joue la coopérative dans l'intégration de la femme rurale, indique Ahmed Aït Haddout, directeur de l'ODCO. Selon lui, plusieurs femmes ont exprimé leur volonté de créer des coopératives dans des secteurs nouveaux, notamment dans le domaine des plantes médicinales.Cependant, derrière cet aspect positif de l'évolution de ces entités féminines se cache un nombre d'obstacles qui entravent leur développement. L'analphabétisme qui caractérise une partie non négligeable de ces populations en est un. Ajouté à cela le déficit de professionnels en gestion, financement et commercialisation des produits. Pour remédier à cette situation, nombre de recommandations ont été formulées dans le rapport. Il s'agit de la coordination par le biais de partenariats entre les différents intervenants au niveau de l'alphabétisation et la formation professionnelle. Le rapport suggère de restructurer les coopératives pour les transformer en groupements d'intérêt économique (GIE). Un appel a été lancé aux femmes travaillant dans l'informel, en vue de les intégrer dans le tissu économique des régions. A ce titre, deux solutions ont été proposées. La première porte sur l'adhésion de ces femmes aux coopératives déjà existantes. La seconde les invite à créer leurs projets en sollicitant l'appui de l'administration, des associations de développement et des organisations professionnelles. Des commissions régionales ont été constituées. Objectif: veiller au suivi des propositions formulées, afin d'en présenter le bilan en octobre 2002.


Statistiques

Le nombre de coopératives féminines est passé de 172 en 2000 à 226 en septembre 2001. Pour la même période, le nombre d'adhérentes a atteint 6.827 contre 5.460 en 2000, enregistrant ainsi une augmentation de 25%.Cette poussée des coopératives s'est traduite par une augmentation des emplois créés. Ces derniers ont dépassé le seuil de 7.200 emplois en 2001 contre 5.580 auparavant, soit une hausse de 30%. Par ailleurs, le chiffre d'affaires des coopératives féminines a connu une évolution de l'ordre de 146%. De 1,6 million de DH en 2000, il est passé à près de 4 millions de DH en septembre 2001. Le résultat annuel de ces entités féminines a enregistré une hausse de 106% entre 2000 et 2001. Khadija BENHADDOUCH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc