×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Comment l'entreprise s'est diversifiée

Par L'Economiste | Edition N°:1739 Le 02/04/2004 | Partager

. Des machines modernes pour remplacer les fours. Le cristal est produit à Settat de la même manière qu'à VenisePour conserver sa place de leader du marché, Cristalstrass a mis en place un système de normes de qualité. Les responsables veulent en faire leur feuille de route à tous les niveaux. Les fourneaux qui avaient été installés au démarrage de l'usine ont tout simplement été remplacés par des machines encore plus performantes et surtout offrant de meilleures conditions de travail et de sécurité. Réservées à la production des «rosettes», ces petites pièces qui brillent dans les lustres, les machines modernes offrent un gain de temps et un confort de travail fortement appréciés par cet ouvrier habitué aux fourneaux et à leur très haute température. «Le travail est plus propre et nous ne courons aucun risque d'accident comme cela était le cas avant», affirme-t-il.Dans un autre atelier, des dizaines de jeunes ouvrières s'affairent, lunettes de protection aux yeux. Elles font fondre la matière, l'adaptent et la travaillent selon les designs du jour. Ce sont autant de mini-ateliers dont la production sera exportée vers les grandes maisons de mode en Europe. «La demande sur les bijoux de fantaisie à base de cristal est très importante ces dernières années. C'est pour cette raison que nous avons chargé des designers de nous dessiner des modèles. Ceux-ci sont merveilleusement exécutés par ces jeunes filles et ces jeunes garçons», affirme Francesco Voltolina. Le cristal est produit à Settat de la même manière qu'à Venise. Les maîtres verriers ont su inculquer et transmettre leur savoir-faire aux artisans marocains. «Nous avons décelé chez nos ouvriers un penchant vers la créativité et avons alors décidé de les laisser donner libre cours à leur imagination. Le résultat est surprenant», affirme Francesco Voltolina. Mais il reconnaît tout de même que le chemin n'a pas été de tout repos. Encouragés donc par les avantages qu'offrait le Code des investissements, les Voltolina étaient venus s'installer à Settat. Ils décident d'y développer la production de lustres en cristal et une série d'autres produits à base de verre noble. Aujourd'hui, la renommée de Cristalstrass a dépassé les frontières du Maroc. Ses promoteurs ne comptent cependant pas dormir sur leurs lauriers. Pour faire face à la concurrence farouche de la contrebande, ils ont décidé d'investir dans la qualité et travaillent dur pour l'obtention de la certification UL. Une certification qui leur ouvrira les portes du marché américain. Un marché très exigeant et intraitable sur les normes de qualité. Des auditeurs débarquent régulièrement dans l'usine. Souvent sans avertir, à l'improviste. Côté commercialisation, elle est assurée à travers un réseau de magasins ouverts dans les grandes villes du Maroc et aussi dans d'autres pays. «La qualité de la production réalisée au Maroc a dépassé toutes nos attentes. Actuellement nous sommes sollicités par de nombreux pays pour équiper résidences officielles et administrations de beaux lustres fabriqués au Maroc», indique Voltolina. Au niveau de la Tunisie, Cristalstrass a installé une unité de montage des pièces réalisées dans les ateliers de Settat. J.E. HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc