×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Comment gérer les déchets urbains et industriels

    Par L'Economiste | Edition N°:2668 Le 07/12/2007 | Partager

    . Une préoccupation des collectivités locales . 600 millions de m3 d’eaux usées produites annuellement «La Terre, notre planète, va mal, et c’est de notre faute ». C’est par ces propos que le débat s’est ouvert sur la gestion, le traitement et la valorisation des déchets industriels et urbains lors d’un séminaire organisé, à Fès, mardi dernier. Pour Fouzi Belmir, ingénieur en génie industriel de Minaret consulting, cette manifestation a pour objectif de faire le point sur la problématique de la gestion des déchets urbains et industriels. Il s’agit aussi de sensibiliser les professionnels au respect de l’environnement tout en leur apportant des méthodes, des outils, voire des solutions concrètes. Ainsi, les différents ateliers ont porté sur la présentation de la typologie des déchets et leurs principales filières de traitement et l’identification des textes réglementaires applicables à la gestion des déchets et leur traitement au Maroc. Il était question de permettre aux professionnels de prendre connaissance des différents procédés de traitements des rejets liquides et solides ainsi que des normes de management environnemental et les labels écologiques. Il faut dire que le sujet préoccupe un grand nombre des collectivités locales au niveau national. «Au déversement souvent anarchique des déchets urbains et industriels, dans le milieu naturel et aux lacunes observées en termes de collecte, il y a au Maroc des problèmes spécifiques du traitement. Il n’y a pratiquement pas de systèmes performants de gestion de déchets même dans les grandes villes », précise Jean Louis Pineau, expert en environnement et en minéralurgie. Il a aussi parlé de l’importance de la matière organique contenue dans les déchets urbains et ses retombées néfastes sur l’environnement et la santé publique. Une situation qui requiert, selon Belmir, la mise en place d’initiatives permettant la gestion des déchets de manière efficace. Pour lui, la régulation de la gestion des déchets se base principalement sur les principes de pollueur-payeur, de précaution et de prévention. Il s’agit aussi pour Pineau d’apprendre à économiser et à partager de manière équitable les ressources en utilisant les technologies qui polluent moins, qui gaspillent moins d’eau et moins d’énergie. En clair, il s’avère important aujourd’hui pour les entreprises et les services concernés de prendre les mesures nécessaires pour assurer une gestion optimale des déchets. De son côté, le citoyen est appelé à changer ses habitudes de consommation et son comportement pour mieux préserver l’environnement. Il y va de son avenir et celui des générations futures.


    Ecosystèmes fragilisés

    Le Maroc possède un important potentiel hydrologique de surface et souterrain qui sert à l’alimentation en eau potable des centres urbains, à l’industrie et à l’irrigation de milliers d’hectares de terres agricoles. Cependant, les pollutions résultant de la production croissante des eaux usées, des déchets solides et l’utilisation excessive d’engrais et pesticides couplées aux conditions climatiques, fragilisent l’équilibre des écosystèmes hydriques et constituent de fait, des contraintes majeures pour sa gestion. Près de 600 millions de m3 d’eaux usées produites annuellement dont uniquement 8% sont épurées et 100 000 t/j de déchets solides produisant 12.500 m3/j de lixiviats (jus de déchets) sont évacués dans le milieu récepteur sans aucun traitement préalable. Rachida Bami

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc