Economie

Comment fonctionnera l'e-transformation

Par L'Economiste | Edition N°:1624 Le 16/10/2003 | Partager

. Plusieurs séminaires sont organisés pour expliquer le concept . L'Apebi a bénéficié d'un don de la Commission européenne pour l'organisationL'e-transformation est un mouvement qui touche les entreprises et qui consiste à repenser les processus internes. Et cela, en s'appuyant sur les technologies d'informations (TI), afin d'accroître la productivité et assurer un meilleur service aux clients. C'est d'ailleurs le thème traité aujourd'hui 16 octobre, par AOB Consulting (cabinet de consulting informatique) en partenariat avec l'Association des professionnels des technologies de l'information (APEBI) au Technopark de Casablanca. Cette rencontre constitue une occasion pour les opérateurs économiques en général, et ceux des TI en particulier, de comprendre le réel impact des nouvelles technologies. «La technologie ne crée pas de valeur, elle ouvre seulement des nouvelles possibilités de création de cette valeur», indique l'invité de l'Apebi Julien Levy, consultant international en TI. En d'autres termes, c'est le capital humain qui seul a la capacité d'innover et de créer de la valeur pour les clients. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les managers d'entreprise, quel que soit leur profil d'origine, sont en phase de devenir des knowledge workers (les managers du savoir). Ces derniers sont désormais appelés à manifester une capacité à animer et à donner du sens au travail de leurs équipes d'une part. Ils doivent, d'autre part, utiliser les outils et les sources d'information mis à leur disposition pour créer de la valeur ajoutée. Et c'est dans ce cadre qu'intervient l'e-transformation en tant que vecteur du développement des entreprises. A ce niveau, l'intervenant distingue trois grands domaines d'application: les relations entre l'entreprise et ses fournisseurs, celles qui la lie à ses clients, et enfin les processus internes de la société. L'enjeu dans chacun de ces trois domaines n'est pas l'outil informatique ou le système informatique en soi. Il s'agit plutôt de la réorganisation des relations de l'entreprise à travers le capital humain. «Il est vrai que cette réorganisation passe par les nouvelles technologies, mais celles-ci en représentent seulement un moyen», explique Levy.Par conséquent, continue ce consultant, les TI ouvrent de nouvelles possibilités d'innovation dans toute entreprise, quel que soit son domaine d'activité. Ces derniers ne concernent pas uniquement l'univers des start-ups, du high-tech ou les transactions en ligne.La rencontre entre par ailleurs dans le cadre du programme d'appui aux associations professionnelles (PAAP) organisé en collaboration avec la CGEM. «L'objectif est d'informer et de sensibiliser les participants sur les possibilités d'innovation. Et ce, grâce à l'utilisation des technologies de l'information dans les différents secteurs économiques», soulignent les responsables de l'Apebi.


Soutien financier

Pour organiser les séminaires et autres formations, l'Apebi a bénéficié du soutien financier du programme d'appui aux associations professionnelles (PAAP). De son côté, ce dernier reçoit des dons de la Commission européenne. Dans ce cadre, l'Apebi a reçu 332.000 DH pour le lot région. Elle a également perçu 265.000 ainsi que 371.000 DH pour les lots formation/qualité et conférences. Au total, ce sont donc 968.000 DH qui ont été déboursés par le PAAP pour l'organisation des séminaires et des formations en matière de nouvelles technologies. N. Be.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc