×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Comment faire pour avoir le «bébé de l'an 2000»

Par L'Economiste | Edition N°:483 Le 12/04/1999 | Partager

· Nouveau thème publicitaire au Royaume-Uni

· Une prime de 15 millions de DH

· Mais débordement des hôpitaux en plus d'éventuels problèmes liés au bug

Aujourd'hui, c'est peut-être trop tard si vous voulez concevoir l'enfant de l'an 2000. Il fallait y penser le week-end qui s'achève pour avoir une petite chance que votre enfant naisse à 00h01 la nuit du millénaire.
Mais si vous vous moquez un peu de cette date, les Britanniques, eux, n'entendent pas les choses de la même oreille.
L'idée s'était en effet répandue en Grande-Bretagne, selon laquelle la meilleure période pour la conception du bébé du 3ème millénaire débutait le 17 mars pour culminer le samedi 10 avril.

30 mars, 1er avril ou 10 avril?


Mais d'autres pays ne sont pas pour leur part en reste du phénomène "bébé-millenarium". Les couples américains en effet pariaient sur la même date. Les Norvégiens ont pour leur part joué le 30 mars et les Français le 1er avril. Samedi dernier, et dans le cadre d'une soirée à thème intitulée "la course à la naissance de l'an 2000: c'est la nuit ou jamais", la chaîne télévisée britannique ITV a programmé des "films à l'eau de rose" et un documentaire sur la conception.... Histoire de rappeler aux gens leur devoir conjugal. Elle a promis de présenter aux téléspectateurs 10 couples dont elle suivra la tentative jusqu'à l'heure fatidique, à la maternité.
Un tel scénario ne laisse bien sûr pas indifférent le NHS, le Service National de Santé, réputé pour ses interminables files d'attente et largement débordé à la moindre poussée de grippe.
Vendredi dernier, les services de santé anglais ont multiplié les avertissements aux parents alléchés par la manne publicitaire, rappelant qu'un bébé n'est pas un jeu. Les obstétriciens se sont même alarmés et craignent d'être franchement débordés par ce "baby-boom". Ils ont insisté sur les dangers que pouvait engendrer une saturation des maternités, ajoutant que "de toutes manières la durée d'une grossesse relève de la loterie", car près de 5% seulement des bébés arrivent exactement à terme.

Gare au bug!


Les médias et les annonceurs font la sourde oreille: ils diffusent un message selon lequel "qui ne tente rien n'a rien"....Pis encore, l'augmentation des naissances coïnciderait avec une période où les effectifs hospitaliers sont traditionnellement réduits.
Certains médecins ont déjà tiré la sonnette d'alarme. Ils crient à l'irresponsabilité et attirent l'attention sur un facteur de risque supplémentaire, et non des moindres, le fameux bug de l'an 2000.
Celui-ci menace de paralyser les ordinateurs, et notamment ceux des hôpitaux.
"En cas d'augmentation brutale de 10 à 20% des naissances, les conditions d'accouchement ne seront plus sûres. Les bébés et leurs parents pourraient en pâtir", met en garde le directeur des services obstétriques de l'hôpital Milton Keynes du Nord de Londres.
Les sages-femmes du Princess Anne Hospital de Southampton se sont équipées de montres-chronomètres afin de départager les vainqueurs au millième de seconde près. Elles sont vraiment sages!


Le gros lot


Mais pourquoi cette course effrénée? Vous l'aurez deviné. C'est pour la prime d'un million de Livres de retombées publicitaires, avec promesse supplémentaire de produits gratuits à vie. A l'évidence, cet enjeu financier est tel que certains parents pourraient s'entre-déchirer en cas de naissances très rapprochées, a tenu à préciser le porte-parole du Princess Anne Hospital.

Wissal SEGRAOUI (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc