×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Comité Oualalou: Au travail!

Par L'Economiste | Edition N°:967 Le 28/02/2001 | Partager

. La première réunion s'est tenue lundi dans la concertation. Les membres ont commencé par dresser un plan d'action et un échéancier à respecter. Les délais sont courts et les défis énormesLe Comité de concertation pour la dynamisation de la Bourse a tenu sa première réunion lundi 26 février. Le mot d'ordre a été «Au travail». les délais sont courts et le Comité doit respecter rigoureusement le calendrier établi par M. Fathallah Oualalou, ministre des Finances. Quatre textes sont déjà promis pour la prochaine session parlementaire: le Plan d'Epargne en Actions, la pension livrée et le prêt-emprunt de titres, les offres publiques et le renforcement des pouvoirs du CDVM.Le premier contact a annoncé la couleur: l'esprit de concertation entre les membres. «Nous n'avons qu'un seul et même objectif, à savoir bâtir un système financier solide et performant», est-il indiqué. Cette session de travail a permis de dresser un plan d'action et un échéancier de manière à respecter les priorités. La fiscalité de l'épargne est au coeur de la nouvelle réforme. Cependant, toute mesure doit être discutée dans le cadre d'une loi de Finances. Le Comité Oualalou reste néanmoins très confiant. Les membres sont conscients de l'importance du facteur temps et leurs actions futures sont classées à court, moyen et long termes. Le souci aujourd'hui est de trouver la meilleure formule pour constituer une épargne longue et l'orienter vers les marchés des capitaux. C'est donc la priorité des priorités. Un coup d'accélérateur devra être donné à la mise en place du plan d'épargne en actions. Ce type de produits financiers permettra une meilleure sensibilisation et suscitera l'intérêt des particuliers et des institutionnels pour l'investissement boursier. Mais la bourse ne peut pas se développer indépendamment des autres compartiments du marché. Le Trésor a eu le mérite de jouer le jeu. Il vient d'annoncer lors d'une conférence de presse la semaine dernière, ses besoins futurs et sa politique de financement. Avec cela, le Comité Oualalou a une base de travail et une meilleure visibilité pour se pencher sur la gestion de l'obligataire notamment, l'objectif final étant de préserver les équilibres des différents compartiments. A noter également que l'intention du Trésor de se tourner vers le marché international favorisera la réallocation des ressources disponibles au profit de l'investissement privé en général et la bourse en particulier. Le rôle justement du Comité Oualalou est de trouver la formule adéquate pour que tous les systèmes financiers fonctionnent en harmonie. Rappelons que le Comité est relié directement au ministre des Finances, ce qui lui procure une autonomie non négligeable. Sa constitution est un acquis pour le marché dans la mesure où elle assure une meilleure réactivité des autorités de tutelle face aux évolutions de la place. Il a pour charge d'assurer le bon suivi des chantiers et proposera en permanence toute mesure susceptible de consolider la relance du marché boursier. L'environnement dans lequel s'est tenue cette première réunion est très favorable: reprise des cours, intérêt manifeste de quelques investisseurs étrangers, arrivée de nouvelles recrues à la cote et tombée des résultats 2000.


Présents!

C'est M. Abderrazak Lazrak, secrétaire général du Ministère de l'Economie, des Finances et de la Privatisation, qui a présidé la réunion du Comité Oualalou lundi. Les représentants de tous les intervenants directs et indirects des marchés financiers ont répondu présents: la Direction du Trésor, la Direction des Impôts, les assurances et la prévoyance sociale, Bank Al-Maghrib, le CDVM, la CDG, la Bourse de Casablanca, la Commission de financement de la CGEM, l'APSB et l'ASFIM. Hanaâ FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc