×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Comité de veille
    Les premiers effets du plan de relance

    Par L'Economiste | Edition N°:3171 Le 16/12/2009 | Partager

    . Les mesures de soutien ont bien joué leur rôle d’amortisseur anticrise . Le volet social prime sur les mesuresBilan d’étape pour le comité de veille stratégique. Il a tenu sa 8e réunion, mardi 15 décembre. Premier constat: le trend baissier s’est atténué. Pour rappel, ce trend a été enregistré il y a quelques mois dans des secteurs orientés export (industrie, tourisme, phosphates et transferts des MRE). Cependant, des réformes structurelles restent toujours incontournables. Depuis sa mise en place, rappelons-le, le comité de veille stratégique a retenu des mesures afin de préserver les postes d’emploi et de renforcer la compétitivité des secteurs touchés par la crise. Ces mesures s’articulent autour de quatre volets : social, financier, commercial et de formation. Ainsi, en faveur du tourisme, un plan d’action Cap 2009 a été mis en place. En mai dernier, une enveloppe de 100 millions de DH a été injectée dans ce secteur. Une rallonge de 300 millions de DH a été accordée par la suite. Objectif: renforcer la promotion touristique, principalement au niveau de Marrakech et appuyer le tourisme intérieur. Les MRE ont également pu bénéficier d’un certain nombre de mesures telles que la subvention étatique de 10% du coût du projet. A charge pour le MRE d’assurer un apport en fonds propres en devises de l’ordre de 25% du capital total pour pouvoir accéder à un prêt bancaire plafonné à 65% du total de l’investissement (cf. www.leconomiste.com). Par ailleurs, l’évaluation des mesures destinées à faire face aux effets de la crise révèle une prédominance des mesures relatives au volet social, avec une part de 59% des demandes. L’examen de la situation par type de mesures indique que la CNSS a débloqué 357,3 millions de DH pour rembourser 421 sociétés. Et par secteur, les entreprises du textile-habillement et cuir représentent plus de 90% des bénéficiaires, suivies du secteur de l’automobile avec 8%. De plus, la Caisse centrale de garantie (CCG) a traité 115 dossiers, dont 93% relatifs au textile. Ce qui correspond à un montant de 686 millions de DH. Sur le volet commercial, et depuis la mise en œuvre de cette mesure, plusieurs demandes ont été traitées. Encore une fois, c’est le secteur du textile qui prédomine, en même temps que le volet soutien de l’effort de diversification des marchés. Côté formation, 134 demandes ont été agréées dont 111 pour le textile-cuir et 20 pour les équipementiers automobiles. C’est avéré: les mesures de soutien mises en place par le gouvernement ont permis de réduire l’impact de la crise économique. Les signes d’amélioration les plus significatifs ont été constatés au niveau des deux principales sources de devises, à savoir le tourisme et les transferts.Le rythme de baisse des recettes touristiques et des transferts des MRE est ainsi passé respectivement de -21,6% et -14,6% (à fin mars 2009) à -8,1 et -7,7% à fin octobre 2009. Les autres secteurs exportateurs ne sont pas en reste. Ils montrent également des signes de reprise encourageants. Ainsi, le rythme de la baisse des exportations hors OCP a nettement ralenti, passant à 13,9% (à fin octobre) contre 22,2% à fin mars. Mais quelle visibilité en 2010? Tout porte à croire que le comité de veille s’orientera vers un meilleur ciblage des mesures et accorder un intérêt plus soutenu aux thématiques aussi bien sectorielles que transversales. L’immobilier et la pêche font partie des secteurs porteurs de croissance auxquels le comité de veille s’intéressera de près.


    500 millions pour les hôtels

    En marge de la réunion du comité de veille stratégique d’hier, une convention a été signée pour la rénovation et la modernisation des hôtels. Il s’agit de Renovotel, un programme de mise à niveau de 500 millions de DH. Le fonds sera administré par la Caisse centrale de garantie (CCG). Il sera opérationnel à partir de janvier 2010. Concrètement, ce fonds permettra de financer des programmes tels que le développement et l’aménagement d’activités d’animation (saunas, piscines, spas…), l’adoption d’une démarche d’efficacité énergétique, l’utilisation des énergies renouvelables (économies d’énergie, d’eau, d’électricité, recyclage des déchets…). L’introduction et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information fait également partie des programmes couverts par Renovotel.H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc