×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Colloque des X
Comment lever les barrières non tarifaires

Par L'Economiste | Edition N°:2156 Le 23/11/2005 | Partager

. Leur renforcement inquiète . Les anciens de Polytechnique en débattront vendredi prochain L’Association des anciens élèves de l’Ecole Polytechnique française organise vendredi 25 novembre à Casablanca, un colloque sur “la mondialisation et les barrières non tarifaires”. Ces dernières sont mises en place par certains pays ou existaient déjà, mais étaient “invisibles” tant que les barrières tarifaires étaient importantes. Les participants s’attacheront lors de ce colloque, dont L’Economiste est le partenaire presse exclusif, à essayer d’identifier les barrières non tarifaires qui constituent un obstacle important au commerce international. “Il y a des débats aujourd’hui au niveau de l’OMC pour essayer de définir et connaître ces barrières qui existent et qui entravent sérieusement les échanges”, indique Chakib Benmoussa, président de l’Association et par ailleurs secrétaire général du ministère de l’Intérieur. En même temps, les débats essayeront de fixer des règles du jeu en la matière. “Le Maroc a un rôle à jouer au niveau de ces discussions en liaison avec un certain nombre de pays en développement”, souligne Benmoussa. Mais au-delà de ces négociations, il y a les règles actuelles qui sont déjà prévues dans le cadre de l’OMC. Celles-ci ne sont pas suffisamment connues, ni suffisamment appliquées. A titre d’exemple, on peut citer les règles de recours prévues par l’OMC et parfois même dans des accords bilatéraux, et qui ne sont pas actionnées par les différents pays. A travers le débat qui va s’engager à l’occasion du colloque, l’association espère les faire connaître, en tout cas, les rappeler. Cela peut concerner en premier lieu les exportateurs marocains lorsqu’ils essaient de pénétrer de nouveaux marchés à l’international et se trouvent confrontés à différents obstacles. Lesquels peuvent prendre différentes formes: procédures administratives, normes particulières… “C’est donc important de les identifier d’abord avant d’examiner, en liaison avec les administrations et départements concernés, quelle serait la veille à observer”, ajoute Chakib Benmoussa. Inversement, les producteurs nationaux peuvent être soumis à une concurrence déloyale (produits subventionnés, hors normes, absence de règles d’origine, stocks résiduels écoulés à des prix qui ne reflètent pas les coûts réels…). Cette concurrence peut facilement déstabiliser le tissu industriel malgré les mécanismes mis en place. Le thème interpelle donc fortement les industriels, tant ceux qui sont orientés vers l’export que ceux qui travaillent sur le marché local. “Si l’on veut développer une stratégie offensive à l’export, elle doit pouvoir s’exprimer avec des règles du jeu connues et en même temps avec une mobilisation évidente”, estime Benmoussa.


280 membres

L'Association des anciens élèves de l’Ecole Polytechnique française regroupe 280 membres. Elle cherche à travers l’organisation de colloques de créer des forums de débats sur des sujets qui interpellent particulièrement le Maroc. Elle s’intéresse également à la promotion des formations scientifiques d’excellence, notamment par la mise en place d’un prix des polytechniciens destiné aux meil-leurs élèves des classes scientifiques.


Le programme

■ 9h-10h: Séance d’ouverture présidée par Monsieur le Premier ministre10h30-12h30: Contexte international- Taïeb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères: “Accords multilatéraux, régionaux ou bilatéraux: opportunités et menaces”- Mustapha Nabli, chef économiste, Banque Mondiale: “Revue d’expériences internationales: stratégies nationales pour une plus grande compétitivité”- Mohamed Chafiki, directeur des Etudes et des Prévisions financières: “Politique économique et fiscale et compétitivité”- Khalid Oudghiri, président-directeur général d’Attijariwafa bank: “Les services financiers face à la libéralisation”- Emmanuel Dierckx De Casterlé, représentant résident au Maroc du PNUD: “Commerce international et barrières non tarifaires”- Paul Henry Ravier, ancien directeur adjoint de l’OMC: “Règle de l’OMC en matière de régulation du commerce multilatéral”■ 14h30-16h: Exportateurs nationaux et barrières non tarifaires- Mustapha Mechahouri, ministre du Commerce extérieur: “Politique nationale de développement des exportations”- Bruno Dethomas, ambassadeur, chef de la délégation de l’UE au Maroc: “Politique euromed: accès au marché européen”- Mourad Cherif, président du Conseil national du Commerce extérieur: “Impact des barrières non tarifaires sur la balance commerciale”- Karim Tazi, président de l’Amith: “Rôle des associations professionnelles”- Mohamed Aït Kadi, président du Conseil général du développement agricole: “Barrières au développement des échanges de produits agricoles”■ 16h30-18h: Producteurs nationaux et concurrence étrangère- Salaheddine Mezouar, ministre du Commerce et de l’Industrie: “Politique industrielle et compétitivité”- Cheng Tao, ambassadeur de Chine: “Les échanges avec la Chine: une menace ou une opportunité”- Ahmed Rahhou, PDG Lesieur: “Les normes techniques et la protection des marchés”- Abdellatif Zaghnoun, directeur général des Douanes: “Désarmement des tarifs douaniers et renforcement du contrôle de conformité réglementaire”■ 18h: Clôture.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc