×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Cnuced: La croissance mondiale pourrait dégringoler

Par L'Economiste | Edition N°:2854 Le 05/09/2008 | Partager

. Elle se situerait entre 1 et 1,5% en 2009La croissance mondiale pourrait chuter et se situer autour de 1 et 1,5% en 2009, soit une diminution de moitié par rapport aux projections pour l’ensemble de l’année 2008, a prévenu jeudi 4 septembre la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (Cnuced). «Si vous voulez connaître ma meilleure estimation, alors en effet la croissance mondiale va tomber de 2,9% en 2008 à quelque chose proche de 1 à 1,5% en 2009», a déclaré devant la presse le chef économiste de la Cnuced, Heiner Flassbeck, en présentant le rapport sur le commerce et le développement 2008. Le rapport prévient également qu’«il est très probable que l’économie mondiale enregistre un ralentissement marqué et prolongé» et met en garde contre des politiques monétaires trop restrictives. «La situation pourrait devenir encore plus délicate si les monnaies des pays présentant des déficits courants considérables sont poussées à dévaluer», ajoute-t-il. La Cnuced avertit par ailleurs que «des politiques monétaires trop restrictives dans les pays où l’inflation est élevée pourraient entraîner un nouveau ralentissement de leur croissance». A noter que la Cnuced se montre rassurante sur les risques de hausse des prix à la consommation: «La plupart des pays développés et de nombreux pays en développement ou émergents ne sont pas confrontés à la menace d’une inflation incontrôlable». Dénonçant «le rôle de la spéculation» dans les «fortes variations» des prix des produits de base, les économistes de l’organisation plaident pour une réglementation des flux financiers et des équilibres monétaires internationaux, jugée par eux «indispensable». «La crise récente montre une fois de plus que les règles du marché sont incapables d’empêcher des phases récurrentes d’“exubérance irrationnelle”», constate le rapport.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc