×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

CNCA: Une batterie de mesures au profit des membres de l'Apefel

Par L'Economiste | Edition N°:951 Le 06/02/2001 | Partager

De notre correspondante à Agadir, Malika ALAMI. Taux préférentiels, crédit logement, ristourne sur intérêts... Le contenu de la convention signée la semaine dernière entre la CNCA et l'Apefel. Ainsi, la banque verte affiche sa volonté de regagner la confiance des agriculteursC'est pour conclure une convention de partenariat avec l'Association marocaine des producteurs et exportateurs de fruits et légumes (Apefel) que M. Saïd Ibrahimi, directeur général de la CNCA (Caisse Nationale du Crédit Agricole), était à Agadir en fin de semaine dernière. Cette cérémonie a réuni un grand nombre de représentants de la profession. Il s'agit notamment de M. Abderrazak Mouisset, président de l'Apefel, et les membres du bureau de l'Association, entre autres. Pour M. Ibrahimi, cet accord est très important pour la CNCA, car il va permettre de lui rallier l'ensemble de la filière. De son côté, M. Mouisset estime que l'arrangement signé rétablira la confiance des agriculteurs vis-à-vis de leur banque verte.La convention en effet redynamisera les relations entre les deux organismes. Elle garantira aux membres de l'Apefel l'octroi de crédits pour le financement de projets et les frais de fonctionnement des exploitations à des taux préférentiels. Ainsi, elle prévoit entre autres des prêts au profit des adhérents de l'Association pour construire des logements à usage d'habitation. De même, pour encourager les clients qui régleraient régulièrement leurs échéances dans les délais impartis, la banque offre une ristourne de 0,25% sur les taux appliqués. Sur le même plan, elle met en place des crédits pour soutenir la restructuration des unités agricoles dotées d'un fort potentiel de croissance, mais souffrant de difficultés. Des abattements de 50% sur notamment les frais de tenue de comptes, les échelles d'intérêt figurent également au menu de la convention. Enfin, la CNCA assurera au profit de ses partenaires les services de gestion d'encaissement et décaissement concernant les virements réalisés en leur faveur, “d'une manière diligente'', est-il indiqué.De leur côté, les membres de l'Apefel s'engagent à domicilier auprès de la CNCA leurs ressources financières, y compris leurs opérations d'export. La constitution d'un fonds de garantie figure également parmi leurs engagements. Le patron de la CNCA et les adhérents de l'Apefel ont également abordé entre eux la question de la réforme de la Caisse lors de cette rencontre. Pour M. Ibrahimi, le projet n'est pas controversé. “Ce qui a été rapporté par la presse est trop exagéré'', souligne-t-il. Ces propos ont été confirmés par M. Mouisset qui, outre sa casquette de président, est également membre de l'USFP et parlementaire.


Baisse de 18% des exportations de primeurs

Les exportations de primeurs ont connu une baisse par rapport à la campagne précédente. Au 29 janvier dernier (depuis le mois d'octobre, démarrage de la campagne), elles ont atteint 137.861 tonnes contre 169.393 l'an dernier à la même période, soit une baisse de 18%. C'est ce qui ressort du dernier bilan dressé par l'Apefel. “Ces résultats décevants sont particulièrement dus à la chute des exportations de tomates'', explique l'Association. En effet, ces dernières n'ont pas dépassé 96.389 tonnes contre 137.135 à la même date lors de la campagne 1999-2000. Ceci en raison des problèmes phytosanitaires et climatiques dont elle a souffert. Côté commercial, les prix de la tomate ont oscillé aux mois d'octobre et novembre 2000 sur les marchés européens entre 5 et 7 FF/kg. “Malheureusement, le tonnage concerné par ce prix était très faible'', ajoutent les représentants du groupement. La conjoncture commerciale n'a pas été aussi positive pendant le mois de décembre 2000. L'arrivée massive des produits espagnols et la baisse de la consommation ont causé la chute des prix de la tomate à 2 FF/kg, précise l'Apefel. Concernant les autres fruits et légumes, une nette augmentation des exportations a été enregistrée, notamment au niveau des haricots. Plus de 11.500 tonnes de ce produit ont été expédiées jusqu'à présent pendant cette campagne contre 6.424t pour la même période en 1999-2000, soit une hausse de 80%. De leur côté, les exportations de pommes de terre ont également été marquées par une hausse. Elles se sont chiffrées à 8.453 tonnes contre 6.274 à la même période de l'an dernier, soit une augmentation de 34%, est-il indiqué. Toutefois, les prix réalisés sur les marchés extérieurs restent faibles. Ils n'ont pas dépassé 3 FF/kg, déplorent les agriculteurs.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc