×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Courrier des Lecteurs

CNCA: Les premiers fruits de la restructuration

Par L'Economiste | Edition N°:611 Le 07/10/1999 | Partager

· PNB, RBE, les ratios sont à la hausse
· Même tendance pour les dépôts et les engagements de la Caisse


LES effets de la restructuration entamée en 1998 par la Caisse Nationale du Crédit Agricole (CNCA) commencent à se ressentir. En effet, les chiffres en témoignent. Ainsi, les dépôts de la Caisse ont totalisé, pour les six premiers mois de l'exercice 1999, 6,6 milliards de DH. Ils ont ainsi évolué de 8,2% par rapport à la même période de l'exercice précédent. A fin 1998, ils avaient atteint 6,1 milliards de DH, en progression de 21% par rapport aux résultats de 1997 (5 milliards de DH). Sur 18 mois, l'évolution est donc de l'ordre de 32%.
La même tendance à la hausse, mais de moindre mesure, est observée également du côté des engagements de la CNCA. Ainsi, ces derniers ont cumulé, pour l'année 1998, 17,2 milliards de DH contre 16 milliards en 1997. Pour les six premiers mois de l'exercice en cours, les engagements ont atteint 17,7 milliards de DH, enregistrant du même coup une évolution de 3% par rapport à 1998.
Côté créances difficiles, la Caisse continue son effort d'assainissement. Les recouvrements de ces crédits pour le premier semestre 1999 sont estimés par la Direction de la Clientèle à 222 millions de DH (en 1998, les recouvrements des créances difficiles étaient de 726 millions). Il est à rappeler aussi que la Caisse gère pour le compte de l'Etat l'annulation des crédits au profit des petits agriculteurs, disposition prévue dans le programme de lutte contre les effets de la sécheresse. Cette opération s'inscrit dans la nouvelle ligne suivie par la CNCA et qui consiste à distinguer entre ses missions de service public et ses activités bancaires
Reste que les performances de la Caisse sont encore plus remarquées à l'examen de ses ratios de rentabilité. Ainsi, le résultat brut d'exploitation (RBE) a enregistré, pour les six premiers mois de 1999, une nette évolution de 12% par rapport à 1998, totalisant 147 millions de DH (en 1998, le RBE a atteint 222 millions de DH contre 124 millions en 1997). Le produit net bancaire (commissions et intérêts reçus déduits des commissions et intérêts versés) affiche le même comportement. En progression de 4% (six mois), il a frôlé la barre des 338 millions de DH.
La seule tendance à la baisse est remarquée au niveau de la rubrique des frais généraux. Cette catégorie des dépenses a reculé de 5% en 1998 pour être ramenée à 493 millions de DH contre 521 en 1997. Cette performance a été rendue possible, explique M. Lotfi Mezouar, directeur chargé des Marchés, de la Clientèle et du Développement Rural, "grâce à une meilleure rationalisation des dépenses". Pour les six premiers mois de 1999, ces dépenses sont toujours en recul (-1,5%).
Cependant, les responsables de la CNCA font remarquer que l'essentiel de la réforme ne peut aboutir qu'après la transformation de la Caisse en société anonyme. Aujourd'hui, le texte régissant le changement de la forme juridique de la Caisse a passé le cap du Conseil de Ministres. Il devra être soumis au Parlement pour cette cession d'automne.

Aniss MAGHRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc