×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Climat social tendu à La Samir

    Par L'Economiste | Edition N°:752 Le 21/04/2000 | Partager

    . Le bureau syndical local, tendance CDT, multiplie les sit-in de protestations
    . Un nouveau bras de fer est engagé avec la direction


    Haute tension à La Samir. Après une série de protestations qui ont eu lieu à la SCP à Sidi Kacem au début de ce mois, les ouvriers de la société ont organisé, le 18 avril, un sit-in à Mohammedia, devant le siège cette fois-ci. "Nous avons tenu ce sit-in pour exprimer notre inquiétude quant à l'avenir incertain et obscur de la société et de ses employés", indique le bureau syndical local, tendance CDT, dans une lettre ouverte adressée au conseil d'administration. L'Economiste a essayé à plusieurs reprises de prendre contact avec la Direction des Ressources Humaines de La Samir. A l'heure où nous mettions sous presse, nous n'avions toujours pas reçu de réponse.
    Paradoxalement, le cahier revendicatif du bureau syndical est maigre. L'unique doléance se rapporte aux statuts de la société qui doivent en principe garantir les intérêts conjoints du personnel et de La Samir. Le syndicat s'inquiète du retard accusé par ce projet.
    En revanche, le syndicat s'attarde sur les aspects managériaux de la société de raffinage. "Il n'existe pas de programme d'investissement qui prépare l'élément humain, les unités de production et les systèmes de gestion, aux défis de l'ouverture du marché pétrolier marocain", ajoute la lettre.
    Le bureau syndical considère que la situation actuelle créée par la gestion déléguée à la société suédo-saoudienne Coral n'avantage pas la société face à la concurrence. Par ailleurs le syndicat dénonce une politique de réduction des effectifs ainsi qu'une régression des services sociaux, "deux mesures qui vont, selon la même source, à l'encontre des efforts consentis". Le syndicat fait allusion à la fusion Samir/SCP. "Les unités de production ont travaillé jour et nuit sans arrêt, et nous avons veillé à assurer une meilleure rentabilité en respectant les normes de sécurité et de qualité".

    Anouar ZYNE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc