×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Climat et santé: Un mauvais cocktail?

    Par L'Economiste | Edition N°:2767 Le 30/04/2008 | Partager

    . L’OMS tire la sonnette d’alarme. Les maladies climatiques en régression au MarocLES changements climatiques (CC) constituent un danger certain pour l’environnement et, par conséquent, pour la santé des populations. Ce constat a été rappelé lors de la célébration de la journée mondiale de la santé au Maroc organisée, hier à Rabat, conjointement par le ministère de la Santé et le bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le but de cette journée est de susciter l’adhésion du public à cette compagne mondiale pour protéger la santé des effets néfastes des CC. Si rien n’est fait, ce phénomène prendra des ampleurs inquiétantes durant les prochaines décennies, selon le quatrième rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIER). Lors de son intervention, Noureddine Chaouki, directeur du département épidémie et lutte contre les maladies au ministère de la Santé, a évoqué les effets des CC sur la sécurité sanitaire en se basant sur les données de l’OMS. Sur ce point, il rappelle «que près de 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% de tous les décès peuvent être attribués à des facteurs environnementaux». Profitant de l’occasion, Chaouki a présenté un aperçu sur l’état des lieux au Maroc et les efforts déployés par le ministère dans ce domaine. Selon les chiffres avancés, la stratégie menée par le ministère a été globalement efficace pour lutter contre certaines maladies sensibles au climat. En effet, durant les trois dernières années, aucun cas de paludisme n’a été enregistré au Maroc. Les maladies hydriques (typhoïde et choléra) ont fortement régressé. Idem pour la méningite même si des foyers se manifestent parfois. Pour améliorer la situation, Chaouki recommande de renforcer davantage la collaboration entre les différents acteurs concernés pour garantir l’accès à l’eau potable à la majorité de la population. Cette coopération doit toucher également les domaines de l’assainissement, l’habitat et l’environnement. Mais le comportement de l’homme reste déterminant pour relever les défis posés par les changements climatiques.Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc