×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Climat: Bush fixe un nouvel objectif

Par L'Economiste | Edition N°:2759 Le 18/04/2008 | Partager

. Pas de mesure précise ou contraignante pour y parvenirLe président George W. Bush a assigné mercredi 16 avril aux Etats-Unis l’objectif d’arrêter la croissance des émissions responsables du réchauffement climatique d’ici à 2025, mais sans annoncer de mesure précise ou contraignante pour y parvenir.C’est la première fois que l’administration énonce un tel but pour un pays qui est l’un des tout premiers émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.Mais la date de 2025 et l’absence de contrainte ont attiré une nouvelle volée de critiques à un président volontiers accusé de ne pas en avoir fait assez contre le changement climatique.Dans un discours à la Maison-Blanche, Bush a insisté sur le recours aux nouvelles technologies comme «seul moyen» pour protéger l’environnement tout en assurant la sécurité énergétique et la croissance économique américaines. Il a aussi préconisé de favoriser le nucléaire, le charbon propre et les énergies renouvelables.Si les Etats-Unis suivent ces «principes», «la croissance des émissions ralentira au cours de la prochaine décennie, s’arrêtera d’ici à 2025 et commencera à s’inverser ensuite», a-t-il dit, à la veille d’une réunion des grandes économies mondiales sur le sujet. Bush a souligné l’effort à consentir dans la génération d’électricité. Selon lui, il faut faire en sorte que la croissance des émissions dans ce secteur atteigne son summum dans 10 ou 15 ans, puis décline.Les défenseurs de l’environnement ont invoqué les recherches scientifiques pour estimer que simplement stopper la croissance des émissions et se donner presque deux décennies pour le faire était très loin de suffire. C’est aussi loin de ce que veulent les alliés européens des Etats-Unis.Le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, a de son côté «applaudi la reconnaissance du problème du réchauffement climatique» par Bush mais souligné que «le temps de l’action concrète était maintenant».Le Congrès, où les adversaires démocrates de Bush sont majoritaires, se dispose à débattre de dispositions contraignantes pour réduire les émissions.Synthèse L’Economiste

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc