×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Citroën: grâce à Peugeot

    Par L'Economiste | Edition N°:10 Le 02/01/1992 | Partager

    CITROEN qui était leader de l'automobile française de luxe avec la "traction avant" et la D.S, s'accroche à Peugeot pour survivre.
    Citroën dont les bénéfices étaient tombés de 2 milliards de Francs en 1989 à 1,4 milliard en 1990, devait en théorie faire aussi bien que Peugeot cette année. Or les résultats de l'ensemble du groupe P.S.A, qui tourneront sans doute autour de 5 milliards de Francs, contre 9,3 milliards en 1990, devront tout à Peugeot.
    M. Jacques Calvet, président du groupe, regrette en particulier les contreperformances commerciales de la marque Citroën. Il lui avait fixé pour objectif une part de marché de 14% en 1991. En fait, elle ne dépassera pas 12%.
    Le dernier modèle de la marque, la ZX, sortie en Mars, a souffert de la mauvaise tenue générale des ventes en France, -13% environ. En part de marché, l'AX est tombée à 4,75% contre 5,57% l'an dernier, tandis que la BX qui ne sera remplacée qu'en 1993, et la XM, ont diminué respectivement de 3,87% à 2,79% et de 1,92% à 1,17%.
    Citroën doit supprimer 2.000 postes l'an prochain. Jacques Calvet insiste de plus en plus souvent sur la nécessité de faire jouer davantage les synergies entre Peugeot et Citroën. C'est la raison pour laquelle les départements "recherches et méthodes" seront fusionnés dès Janvier.

    LaÏla TRIKI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc