×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Cinéma: Le Dracula de Coppola

Par L'Economiste | Edition N°:98 Le 07/10/1993 | Partager

Après le succès relatif du "Parrain 3", Francis Ford Coppola revient avec un film expérimental, une fresque baroque faite d'amour et de sang "frais". Sorti en janvier 1993, le film est actuellement projeté au Dawliz.

C'est Bram Stocker, écrivain irlandais du XIXème siècle victorien, qui est l'inspirateur direct de Francis Ford Coppola. Il inventa l'histoire d'un méchant Dracula qui, en son époque, était presque un ange. Mais ce Dracula avait renié Dieu après le suicide de sa belle Elisabeta. Dès lors, toutes les forces du mal s'étaient liguées en lui. Lorsque quatre siècles plus tard un jeune homme s'en va en Transylvanie rencontrer un certain comte Dracula, il réveille le vieux démon avec un portrait de sa fiancée restée en Angleterre, laquelle ressemble trait pour trait à la malencontreuse Elisabeta. Alors, Dracula part pour Londres retrouver son éternel amour, emportant avec lui la panoplie de ses tours les plus sanglants. Mais, ni la science d'un savant, ni les cris prophétiques d'un cinglé ne pourront stopper la terrible avancée du comte de Dracula...

Depuis les années trente, les studios américains déterrent monstres, vampires, loups-garous et momies pour les porter à l'écran. Mais, Dracula reste le leader incontesté de sa corporation.

Le Dracula de Coppola est tour à tour terrifiant et fascinant, drapé d'or et de brocart. Le metteur en scène le décrit comme un ange déchu, comme le défenseur du Christ jusqu'au moment où il s'estime trahi par Dieu et se tourne vers Satan qui lui accorde l'immortalité. Il montre également un Dracula "érotique" entouré d'une distribution jeune.

Ici, le sang est utilisé comme symbole de la passion, qui coule tout au long de l'histoire. Le film, jusqu'à l'affiche, est à l'image de ces gargouilles aux babines retroussées. Chaque spectateur tire de cette version une "lecture" différente, au risque de n'en tirer aucune. Toutefois, le mérite de ce film est de remettre les pendules à l'heure, de remonter aux racines et à l'origine de l'histoire du comte de Dracula.

Pour ce film, on parlera des relations du sexe et du sang, de si belle opportunité en ce temps de maladie des globules.

M.O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc