×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

CIMR: La pérennité pour au moins... 60 ans!

Par L'Economiste | Edition N°:2915 Le 04/12/2008 | Partager

. La réserve de prévoyance confortée par l’excédent d’exploitation. Le portefeuille s’élève à 23,5 milliards de DH«Nous passerons à travers la crise». Khalid Cheddadi, président directeur général de la CIMR, est formel, lors de la présentation des résultats de la caisse de retraite pour l’exercice 2007. Pour lui, crise financière ou pas, «la pérennité reste acquise malgré les chahuts boursiers des derniers mois». Les perspectives annoncées semblent en effet conforter cette position. «L’exercice 2007 confirme une solidité du régime qui ira au-delà de l’horizon de projection fixé à 60 ans», assure Cheddadi. Il faut dire que les indicateurs, à fin 2007, se maintiennent pour leur majorité au vert. Ainsi, les produits du patrimoine se sont élevés à 1.177 millions de DH contre 911,2 millions en 2006. Le portefeuille CIMR, quant à lui, affiche 23,5 milliards de DH en valeur marché, «soit une plus-value latente de 11,4 milliards, qui représente 94% de la valeur comptable». En 2007, 379 nouvelles entreprises ont adhéré à la CIMR pour un effectif de 6.208 nouveaux salariés affiliés. Du coup, le taux de progression (+1,9% des actifs cotisants) détrône largement le taux minimal fixé par la CIMR à 0,5%. Ces progressions ont porté le nombre total des entreprises adhérentes à 3.990 entreprises et celui des salariés affiliés à 445.247. Et c’est grâce à une «politique d’assouplissement du régime CIMR vis-à-vis des PME-PMI et d’élargissement des prestations de la Caisse à plusieurs franges de salariés», que ces chiffres ont été réalisés. Pour sa part, l’excédent d’exploitation s’est élevé à 1,8 milliard de DH, en évolution de 6,5% par rapport à l’exercice précédent, «un montant qui vient conforter la réserve de prévoyance», indique Cheddadi.Les contributions se sont par ailleurs inscrites en progression de 7%, plafonnant à 3,2 milliards de DH, dont 1,7 au titre des contributions patronales et 1,4 de cotisations salariales. Le total des produits de la Caisse s’est établi à 4,7 milliards de DH. Le total des charges, lui, s’est situé à 2,8 milliards de DH, dont 2,3 milliards concernant les allocations de retraite et 69 millions pour les frais généraux, les pertes et les profits.Le taux de frais de gestion a stagné en 2007 à un niveau de 1,97%. «L’objectif est de ramener ce taux à 1,5% à moyen terme», explique Nour Eddine Jaoudi, directeur administratif et financier de la CIMR.Enfin, le total des réserves de la Caisse s’est apprécié de 17,1% par rapport à la même période en 2006, affichant 12,87 milliards de DH.Mohamed MOUNADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc