×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Ciment: Les ventes toujours soutenues

    Par L'Economiste | Edition N°:2776 Le 14/05/2008 | Partager

    . Une évolution de plus 21% à fin avril. L’habitat en génère 80%. Les prévisions de 2009, dépassées cette année Si la crise couve dans l’immobilier, ses symptômes n’apparaissent pas dans les ventes de ciment. Celles-ci ont enregistré une croissance de 33% en avril. Une performance d’autant plus remarquable qu’elle est soutenue depuis le début de l’année. En effet, sur les 4 premiers mois de 2008, le marché du ciment cumule une croissance de 21,1%.A fin avril, la consommation de ciment approche les 5 millions de tonnes alors qu’elle se hissait à peine au-dessus des 4 millions à la même période l’année dernière. Selon les professionnels du secteur, les ventes sont bien parties pour franchir un nouveau palier cette année. Alors même que 2007 a compté comme une année exceptionnelle avec 12,8 millions de tonnes écoulées. Les 14 millions de ventes, sur lesquels tablait le secteur à l’horizon 2009, seront en fait atteints dès cette année.Les différentes régions ne contribuent pas de la même manière à cette croissance. La moyenne nationale de consommation établie à 345 kg/an par habitant en 2005 est largement dépassée dans certaines régions qui pointent à 500 kg par habitant, soit le niveau atteint par de nombreux marchés émergents.Les dernières statistiques, communiquées par l’APC (Association professionnelle des cimentiers), à fin avril, placent la région du Grand Casablanca en tête de peloton, en termes de consommation. Avec plus de 746.000 tonnes écoulées, la capitale économique engloutit 30% de ciment de plus qu’en 2007. Casablanca, Tanger et Tétouan absorbent à elles seules près de 30% des ventes nationales. Succédant au trio de tête, en termes de volume de vente, la région de Marrakech-Tensift-Haouz aura vendu 12,74% de plus qu’en 2007.La plus forte évolution est à mettre à l’actif de la région de Tadla Azilal, soit 89,41%. Ce marché demeure toutefois embryonnaire à l’échelle nationale vu qu’il ne pèse que 3% de la consommation. Autre constat. Sur les 16 provinces et régions du Royaume, Guelmim Es-Smara est la seule région à s’inscrire sur un trend baissier de près de 20% sur les 4 premiers mois de l’année. A noter enfin que les différents secteurs ne contribuent pas tous de la même manière à la croissance généralisée. Les professionnels du ciment sont surtout redevables au logement qui représente 80% des ventes. Loin devant les travaux publics et les bâtiments non résidentiels qui s’attribuent respectivement 14 et 6% de la consommation nationale.Et pour faire face à la demande, les professionnels du ciment investissent en masse. Le programme d’investissement de tout le secteur couvrant la période 2007 à 2010 s’établit à près de 8 milliards de DH. S’ajoutent les projets de la filiale ciments de l’Atlas (Cimat), du groupe Addoha, qui a misé 4 milliards de DH pour se faire livrer 2 cimenteries clés en main d’ici 2010. Elle emboîte le pas au groupe Chaâbi de Ynna Holding qui a également investi dans la construction d’une autre cimenterie, située dans la région de Settat (cf. www.leconomiste.com).R. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc