×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Ciment: Encore une hausse des prix!

Par L'Economiste | Edition N°:2929 Le 26/12/2008 | Partager

. Une révision de près de 5%. Les nouveaux tarifs en vigueur depuis le 16 décembreSans prévenir, les cimentiers ont décidé d’augmenter leur prix. Depuis, le 16 décembre, le ciment affiche une hausse de près de 5%. Un cadeau de fin d’année, au goût amer, selon les différents professionnels du BTP. Ces derniers n’ont pas le choix, la mesure est unanime chez tous les producteurs. Toutes les commandes enlevées à partir de cette date sont facturées selon la nouvelle tarification en vigueur. C’est la énième hausse enregistrée en l’espace de quelques mois seulement! La dernière en date remonte au 1er juin (cf. www.leconomiste.com). Pour rappel, le prix à la tonne, au départ de l’usine, se chiffrait à 1.090 DH TTC jusqu’au 16 décembre. Il passe aujourd’hui à 1.101 DH pour le CPJ 45 Vrac et 1.159 pour les 55 Vrac. Les nouveaux tarifs n’arrangent pas la situation. «Le moment est mal choisi car la crise commence à toucher le secteur en général et l’immobilier en particulier», commentent des professionnels. De fait, depuis mai, l’immobilier résidentiel secondaire et le très haut standing subissent les contrecoups du marasme international. A noter que l’essentiel de la production du ciment est utilisé dans la construction de bâtiments à usage d’habitation, soit environ 85%. Le reste (soit 15%) est absorbé par les grands chantiers d’infrastructures et autres bâtiments à usage industriel et social (écoles, hôpitaux, administrations, usines…). Par ailleurs, les promoteurs immobiliers ne comprennent pas la raison de cette hausse. «L’on s’attendait plutôt à une baisse du prix du logement et, au mieux, à une stabilisation des prix», commente un spécialiste de la promotion. Elle sera, poursuit-il, systématiquement répercutée sur les coûts de revient du produit bâti. Ce qui est paradoxal, c’est que la hausse intervient dans un contexte de baisse du prix des produits pétroliers. Donc l’argument du coût énergétique ne tient pas du tout. Les cimentiers, eux, expliquent cette hausse par l’augmentation de certaines charges d’exploitation et qui ont un impact direct sur les prix de revient. «Pour limiter les conséquences de cette hausse sur notre secteur, nous ne la répercuterons que partiellement et de façon modérée», souligne la dernière note de la direction commerciale régionale de Holcim. Le spectre qui se dessine aujourd’hui, c’est le ralentissement des mises en chantier. Les opérateurs n’ont pas l’intention de réduire leurs marges et les particuliers n’ont plus les moyens d’acheter. Des emplois pourraient être supprimés. 2009 ne s’annonce pas sous de bons augures. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc