×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Cigarettes: La contrebande en fumée

Par L'Economiste | Edition N°:2328 Le 27/07/2006 | Partager

. 30 millions de cigarettes saisies en six mois. Très actifs, les réseaux sont alimentés par les pays du Sahel. Le Trésor perdrait 4 milliards de dirhams de recettes par anL’opération devenue récurrente est spectaculaire mais pas forcément dissuasive à l’égard de réseaux de contrebandes qui sont toujours aussi actifs. Le «feu d’artifice» organisé hier 26 juillet en grande pompe à Mediouna par la Commission nationale de lutte contre la contrebande de cigarettes (Cnlcc) par l’incinération de 5 millions de cigarettes entrées par contrebande est aussi un message envers les réseaux parallèles. Cette quantité est le résultat d’une prise dans une opération à Casablanca au quartier CIL et dans la région de Tit Mellil. C’est l’équivalent de 17% des volumes saisis au premier semestre en 2006, soit 30 millions de cigarettes au 24 juillet. L’an dernier, premier exercice d’action de la Commission nationale de lutte contre la contrebande de cigarettes, les saisies ont battu tous les records: 45,4 millions de pièces. La ville de Casablanca est la destination centrale des trafics provenant de l’Espagne et de l’Afrique noire et qui rentrent majoritairement par les provinces du Sud. C’est de la métropole que les autres villes sont fournis en «marchandises». 80% des marques saisies ne sont pas commercialisées officiellement sur le marché officiel marocain mais l’enjeu est de taille. Non seulement l’économie souffre, mais aussi ces cigarettes ne respectent pas les normes de fabrication et bien souvent, il s’agit des contrefaçons.Le commerce illégal des cigarettes représenterait un manque à gagner de 4 milliards de dirhams par an au Trésor selon les responsables de la Régie des Tabacs. Depuis sa création, en mars 2004, la Commission a réussi à faire passer le taux de la contrebande de 25 à 20% du marché de la cigarette estimé à 13,8 milliards de cigarettes. Hormis les marques vedettes -Marlboro et Winston- de nouvelles marques ont fait leur apparition sur le marché à l’instar de Golden American Classic, Desert Gold et Bridgeway. 70% des cigarettes de la contrebande proviennent du sud du Royaume (Mauritanie, Mali, Sénégal…), pays où la cigarette est vendue 4 fois moins cher et où les contrôles de qualité moins rigoureux. En effet, certains grands cigarettiers font de ces pays une destination privilégiée pour leurs cigarettes «bon marché» qui ne répondent pas aux normes de qualité internationales.


Toute la Commission était là

Les membres de la Commission nationale de lutte contre la contrebande de la cigarette (Cnlcc) étaient représentés à l’opération: ministère de l’Intérieur, Justice, Gendarmerie Royale, Sûreté nationale, Régie des Tabacs et Administration des douanes et des impôts indirects. Comme ses collègues, le directeur général des douanes a été représenté par deux collaborateurs.Saïd MABROUK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc