×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

CIE: La formation duale introduite pour les IMME

Par L'Economiste | Edition N°:46 Le 24/09/1992 | Partager

Le Centre Inter-Entreprises (CIE) de Formation Professionnelle Alternée dans les domaines de la mécanique générale et automobile, de la métallurgie, de l'électricité-électronique et de la maintenance accueillera sa première promotion en Janvier l993.

Il s'agit d'une opération pilote d'intégration du "système dual", système de formation allemand. La création du CIE découle de la coopération maroco-allemande. La GTZ, société d'Etat chargée par le gouvernement allemand de la planification technique et de l'exécution de programme et de projets de coopération technique avec les pays en voie de développement, est présente dans le projet en tant "qu'ingénieur conseil", d'après son représentant M. Ralph Drebes. La GTZ participe, également, sur le plan financier avec une enveloppe de 10 millions de Dirhams pour l'acquisition des équipements de la première filière retenue au programme de formation. Cette enveloppe est appelée à être révisée à la hausse.

Les deux partenaires marocains du CIE sont l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT ) et la Fédération des Industries Métallurgiques, Mécaniques, et Electroniques du Maroc (FIMME) qui ont signé la convention de création du centre le 14 Janvier 1992. D'après cette convention, I'OFPPT met à la disposition du CIE le personnel administratif et d'encadrement technico-pédagogique, ainsi que le bâtiment abritant le Centre. L'Office assure aussi les frais de fonctionnement du CIE qui sont évalués à 600.000 Dirhams par an.

La FIMME a été choisie parce qu'elle représente "le partenaire le plus apte", explique M. Abdellatif Moutakki, Directeur du CIE. En effet, la Fédération regroupe toutes les associations professionnelles du secteur et compte dans ses rangs près de 140 entreprises. Par ailleurs, la FIMME est chargée de recenser les entreprises devant accueillir les stagiaires, de définir les programmes de formation et de déterminer les équipements du CIE.

Deux organes paritaires OFPPT-FIMME assurent l'organisation de la formation. Le Comité Directeur définit "les orientations générales en matière de gestion pédagogique et administrative du CIE", d'après les dispositions de l'article 9 de la convention OFPPT-FIMME. Ce Comité Directeur se réunit deux fois par an.

Le Comité Technique de Suivi, quant à lui, tient une réunion trimestrielle et veille à l'application des orientations générales arrêtées par le Comité Directeur.

Les industriels sont ainsi impliqués à tous les stades de l'organisation du CIE. "Les entreprises se sont contentées jusqu'à présent de consommer la formation considérant que sa production est du seul ressort de l'Etat", déclare M. Moutakki. L'objectif du CIE est alors de développer une nouvelle culture de l'entreprise qui intégrerait la formation.

De plus, seules les entreprises sont capables de suivre l'évolution technologique. En effet, "lorsqu'il s'agit d'une école, le renouvellement de son équipement ne s'effectue généralement qu'à l'intervalle d'une décennie", souligne M. Moutakki.

La première filière choisie concerne la formation de techniciens polyvalents dans la maintenance des machines outils et de machines à commandes numériques. "C'est une filière hybride mais nous étions obligés de l'accepter pour cette opération test afin d'encourager les entreprises à adopter le système dual", explique le Directeur du CIE.

Actuellement, les entreprises désirant participer à la formation alternée sont recensées. Une vingtaine d'entreprises ont déjà répondu positivement. Quelque 26 tuteurs et 42 postes de stages sont disponibles. Les responsables comptent encore sensibiliser une dizaine d'entreprises afin de disposer de 50 postes de stages.

Du 3 au 11 Octobre, les tuteurs se rendront en Allemagne afin de se familiariser avec le "système dual" ainsi qu'à la culture d'entreprise allemande.

Le personnel de l'OFPPT affecté au CIE a, quant à lui, déjà suivi quatre mois de stage dans les entreprises allemandes "pour un recyclage de ses connaissances technologiques".

Pour cette filière, l'enseignement sera dispensé à 60% dans le CIE et 40% en entreprises. Le centre devra reprendre les aspects pratiques, traiter l'aspect théorique de tous les volets techniques et fournir la formation générale. Un contrat sera établi entre le stagiaire et l'entreprise. L'élève aura un statut de stagiaire et recevra une rémunération qui sera homogène pour l'ensemble de la promotion. M. Moutakki précise, également, que "l'entreprise, accueillant le stagiaire ne verse aucune charge salariale". Une fois la formation terminée, si l'entreprise le désire, le stagiaire est tenu d'y travailler au moins une fois et demie la durée de son stage.

Enfin, la formation dure deux ans, mais le CIE offre pour les entreprises qui le désirent un recyclage des ex-stagiaires/apprentis en cours du soir et pour différents modules. Le CIE offre, également, une formation de 15 heures par module en cours du soir pour les tuteurs ou les salariés des entreprises.

Laïla TRIKI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc