×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

CIC: Une place chère chez BMCE Bank

Par L'Economiste | Edition N°:2960 Le 10/02/2009 | Partager

. Le CM-CIC passe à 19,94%. BMCE Bank à 236,90 DHComme on s’y attendait depuis quelques mois, le groupe CM-CIC (Crédit mutuel-Crédit industriel et commercial) a fortement renforcé sa participation dans BMCE Bank. C’était les gros volumes boursiers de jeudi dernier (voir nos informations du vendredi 6 février). A l’origine, CIC a été créé par décret impérial sous Napoléon III. La Banque fédérative du crédit mutuel, holding de CIC, a ainsi acquis 4,9% de parts supplémentaires, soit plus de 7,7 millions d’actions, au prix unitaire de 290 DH, alors que le marché était à 242,55 DH le 5 février 2009. Suite à cette opération, la participation de la BFCM dans le capital de BMCE a augmenté de 15,05 à 19,94%.Pour rappel, la valeur bancaire avait fait, lors de la séance boursière du jeudi 5 février, l’objet de 4,5 milliards de DH de transactions sur le marché des blocs. Selon un communiqué officiel de la BMCE, le renforcement de la présence de CM-CIC dans le tour de table représente un investissement global de 2,26 milliards de DH, soit 203,4 millions d’euros. «Le groupe CM-CIC a payé le prix fort pour accroître sa participation. Ce qui traduit une véritable marque de confiance dans la solidité financière de BMCE», souligne un analyste. Le partenariat entre BMCE et le groupe CM-CIC ne date pas d’hier, puisqu’il a été entamé depuis 2004, dans le but de développer des synergies commerciales et opérationnelles dans les domaines technologiques, du Retail, de la banque d’investissement et de l’International. Au-delà du fond de l’opération, plusieurs spécialistes de la place se sont étonnés du fait que le gendarme de la Bourse ne se soit pas manifesté, et que la valeur BMCE n’ait pas été suspendue le temps de conclure la transaction. «La suspension n’est pas systématique», commente une source au sein du CDVM, et d’ajouter que «parfois, les rumeurs autour d’une opération peuvent provoquer une variation erratique du titre concerné. Dans ce cas, le temps que l’information soit confirmée ou non, le CDVM ou l’émetteur lui-même peuvent demander la suspension». Chose qui n’a pas eu lieu pour le cas BMCE, l’information étant passée «dans les règles de l’art».Le titre BMCE a été également très prisé sur le marché central lors de la séance du 5 février. Pas moins de 656.208 actions ont été échangées ce jour-là, ce qui a généré un volume de 332,93 millions de DH. La séance suivante, les tractations sur la valeur bancaire ont diminué, puisque seulement 15.338 actions ont fait l’objet de transactions, pour un cours à 229 DH. A la clôture de la séance d’hier, lundi, le cours BMCE s’est arrêté à 236,90 DH, pour un nombre de 6.911 actions échangées.A.B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc