×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Chronique des changes: Semaine du 27 au 31 Juillet 1992 : Des marchés très "politiques"

Par L'Economiste | Edition N°:41 Le 06/08/1992 | Partager

L'observation du tableau de variation du Dirham au cours de la semaine du 27 au 31 Juillet inspire les commentaires suivants:

- du côté droit du tableau, deux monnaies ont poursuivi le mouvement de baisse enregistré précédemment: le Yen (-0,45%, en modeste décélération), et la Livre sterling (-0,09%);
- du côté gauche du tableau, une seule monnaie, la Pésète espagnole a reconduit en l'atténuant son mouvement de hausse (+0,05% vs Dirham);
- sinon, le reste des devises de notre échantillon d'observation (Escudo portugais excepté, car virtuellement stable d'un Vendredi à l'autre) a inversé, en le modérant, le sens de variation précédente.
Pour interpréter cette configuration de changes, les éléments explicatifs suivants peuvent être avancés:
1) L'Escudo a cédé -0,15% à l'Ecu, une proportion similaire à celle enregistrée par le Dirham contre cette devise composite européenne (-0,13%). Cela explique sans doute pourquoi l'Escudo a reconduit ses cotations à Rabat. Cette "pause" lusitanienne est la bienvenue au Maroc car les cours actuels de cette monnaie sont déjà 6% plus cher que ceux de la fin de l'an dernier! En fait, l'Escudo fut sous pression vendeuse sur les marchés des changes à la suite d'interventions menées par la Banque Centrale de Lisbonne. Celle-ci était tenue, règles du SME obligent, de racheter contre sa propre monnaie la Sterling, car la devise britannique s'éloignait du seuil tolérable de divergence par rapport à l'Escudo, monnaie la plus forte du mécanisme de change européen. Le même phénomène a concerné, mais dans une proportion beaucoup moindre, la Pésète espagnole (+0,05% vs Dirham), autre devise se trouvant au sommet de la grille communautaire, mais dont une hausse plus franche, (que soutient le durcissement de la politique monétaire opéré à Madrid) fut pareillement contrariée, les rapports avec les devises au plancher du SME devant rester conformes aux règles du Système considéré.

La monnaie Britannique chahutée

2) La Sterling continue d'être chahutée sur les marchés (-0,28% vs Ecu, -0,25% vs Mark, et -0,09% vs Dirham). On sait la morosité conjoncturelle qui règne au Royaume-Uni (-0,2% de croissance économique prédisent certains économistes alors que le Trésor britannique table, lui, sur +0,2%!). Mais lorsque des personnalités hautement respectées comme les patrons de la Midland et de l'ICI (leader mondial de la chimie) appellent explicitement de leurs voeux au réalignement des parités du SME, avec "dévaluation" de la Sterling, eh bien trop, c'est trop pour les opérateurs travaillant cette monnaie! Le démenti du Gouverneur de la Banque d'Angleterre n'a guère réussi à rassurer les marchés.
3) Au 1er Janvier 1992, les cours du Yen étaient environ 10% supérieurs aux niveaux du début de l'année précédente; ils n'ont, depuis, retracé (à la baisse) que moins de 3% de ce mouvement (auxquels ont contribué cette semaine les -0,50% de baisse du Yen contre Dirham). Ceci révèle le potentiel de repli théorique possible pour la devise nippone, avant que soient atteints des niveaux inédits de cours. Le Yen est en effet si peu attrayant, du fait tant de ses rendements que du climat économique morose que les indicateurs ont cette semaine encore, confirmé sur l'archipel.

La Lire favorable aux exportations vers l'Italie

4) Depuis le début de l'année, les cours de la Lire italienne, exprimés en Dirhams, se sont appréciés de +3,31% par rapport à la fin de 1991, année au cours de laquelle cette monnaie s'était déjà adjugé près de +1,40%. Performance favorable aux exportations marocaines vers ce pays et aux rapatriements de devises des RME résidents là-bas. Son appréciation de +0,44% à l'issue de cette semaine est la plus forte parmi les monnaies de notre échantillon; une variation qui reflète en définitive la sensible hausse qu'a enregistrée l'indice de son taux de change effectif (calculé par Bank of England) à +0,60% (dont 0,13% vis-à-vis de l'Ecu). Les marchés ont salué cette semaine le passage au Parlement du vigoureux plan d'économies budgétaires du Gouvernement Amato, après que celui-ci ait requis un vote de confiance.
Notre sentiment est que le passage prochain (avec succès) du même plan devant le Sénat, puis l'octroi au Gouvernement des pouvoirs spéciaux lui permettant de mettre en oeuvre les réformes promises du secteur de la Santé, du secteur public finiront par convaincre les marchés que l'Italie est résolument sur la voie de la saine et sage gestion selon les normes et critères de convergence "à la Maastricht".
En revanche, la Lire serait plus prompte à pâtir de facteurs non-économiques (actes de la Mafia, scandales et autres démissions) qui donneraient l'impression que le Gouvernement ne contrôle pas la situation, ses sincères réformes risquant de ne jamais aboutir.

Le Dollar attend les ratios de l'emploi

5) A la fin de la présente semaine, seront connus aux Etats-Unis les fameux et très attendus chiffres de l'emploi américains: le chiffre escompté serait de 100.000 créations nettes d'emplois. Comme à son habitude, ces statistiques donneront le "la" à l'évolution de court terme des changes et des taux américains, et par ricochet à ceux des autres places financières. L'annonce éventuelle des destructions nettes d'emploi (comme au mois dernier) exercerait des pressions insupportables sur le Dollar (il casserait ses niveaux historiques).
Nous parions que les interventions concertées des Banques Centrales, fussent-elles nombreuses, ne pourront durablement les contenir. En outre devra-t-on s'attendre, dans un tel scénario, à un assouplissement supplémentaire du crédit outre-Atlantique. En revanche, dans tous les autres scénarios, le Dollar nous semble être pour les prochaines semaines biaisé à la hausse:
- une hausse sensible s'il y a franche création d'emplois, au-delà de DM 1,50 (soit environ DH 8,20);
- une évolution dans une bande de variation limitée par DM 1,45 (craintes d'interventions des Banques centrales) soit DH 8,00, et DM 1,50, si les chiffres sont sans surprise ou inférieurs à ceux escomptés.
Le rendez-vous suivant d'importance est celui de la Convention Républicaine de Houston le 17 Août. Cet événement politico-médiatique destiné à "nominer" les deux candidats pour le "ticket" républicain sera hautement déterminant pour les marchés dans l'appréciation des chances du candidat Bush, sévèrement malmené dans les sondages au profit de Bill Clinto, (et ce, même dans les bastions traditionnels du "Parti de l'Ane", comme au Texas) de remporter les élections de Novembre.
A cet égard, il nous apparaît que les chances républicaines seraient multipliées (en tous cas c'est ainsi qu'on interpréterait l'événement suivant) si l'Actuel Directeur de campagne de Bush, James Baker figurait sur le ticket, à la place du timide et effacé Vice-Président actuel ("Dumping" Quayle, est-il qualifié, certains n'hésitant pas, par voie de presse et à coup de milliers de Dollars, d'appeler à sa démission). Auparavant, les deux candidats devront trouver une domiciliation différente l'un de l'autre, car la Loi américaine interdit que les candidats sur un même ticket soient résidents du même Etat.
6) Les devises des deux côtés du Rhin, le Mark et le Franc, se sont appréciées en Dirhams dans une proportion comparable (+0,1%), bénéficiant du repli du Dollar et à la faveur de ce que certains ont qualifié de "syndrome de Maastricht", c'est-à-dire des inquiétudes par rapport à la poursuite du processus de construction européenne. A cet égard, il y a lieu de rappeler que 4 pays sur 5 (Luxembourg, Belgique, Irlande et Grèce) ont déjà ratifié le Traité de l'Union Européenne. Le Danemark l'a rejeté, mais promet de reconsidérer sa position si un certain nombre de conditions lui étaient réunies (un "Livre Blanc" explicitant celles-ci sera publié à la rentrée). Mais le vote décisif sera bien entendu celui des Français, appelés à se prononcer par Référendum le 20 Septembre. Les prochaines chroniques dans ces colonnes en analyseront l'enjeu, du point de vue du cambiste-analyste des changes.

Brahim BENJELLOUN-TOUIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc