×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Chômage: L'Oriental détient le record national

    Par L'Economiste | Edition N°:299 Le 09/10/1997 | Partager

    Mariage précoce, beaucoup d'enfants entraînent des familles nombreuses, telles sont les caractéristiques des provinces orientales. Une personne sur deux a moins de 15 ans.


    Région: Oriental. Provinces: Oujad-Angad; Berkane-Taourirt; Jrada. Traits caractéristiques: un peu moins d'un million d'habitants. Superficie: 20.700 Km2. Constituée pour 2/3 d'urbains, la Préfecture d'Oujda connaît un taux d'urbanisation dépassant les 50% qui varie entre 58% pour Berkane-Taourirt et 87,2% pour Oujda-Angad. Côté densité, compte tenu de la superficie importante de la région, le nombre d'habitants au km2 est très faible. Il y a 247 habitants au km2 à Oujda-Angad et encore moins à Berkane et Jrada, avec respectivement 65,4 et 14,4.

    Une personne sur deux illettrée

    La taille des familles dans la région sont en général au-dessus de la moyenne nationale. Petite province, à Jrada la taille moyenne des foyers est de 6,6 personnes. Les justifications se trouvent dans les mariages plus précoces dans cette province. Les femmes se marient jeunes. L'âge au premier mariage est de 25 ans. Ainsi, elles peuvent faire plus d'enfants. Elles ont en moyenne 3,8 enfants. Conséquence: les enfants sont plus nombreux. Près d'une personne sur 2 a moins de 15 ans. A Oujda et Berkane, cette proportion est moins importante, bien que les moins de 15 ans soient toujours aussi nombreux (1 sur 3). Les femmes se marient plus âgées et ont en moyenne 2,7 et 3 enfants respectivement dans ces provinces. C'est également à Oujda et à Berka-ne que les hommes enterrent le plus tardivement leur célibat (31,5 ans).
    D'un autre côté, les plus de 60 ans sont moins nombreux dans cette région. La plus forte proportion de vieux se trouve à Oujda-Angad.
    Comme dans les autres préfectures, celle d'Oujda recèle des disparités importantes d'une province à l'autre concernant l'analphabétisme. Si c'est à Oujda-Angad que le taux est le plus bas, il n'en demeure pas moins important. Une personne sur 3 ne sait ni lire, ni écrire. Dès que l'on se déplace vers Berkane et Jrada, c'est un peu moins d'une personne sur deux qui est illettrée. Le taux est alarmant, comme toujours ce sont les femmes qui en font les frais. Le taux d'analphabétisme dépasse les 60%.

    Les chiffres parlant d'eux-mêmes, c'est dans la Préfecture d'Oujda-Angad que le taux de scolarisation est le plus fort (83,9%). A Jrada et Berkane, seuls 2 enfants sur 3 vont à l'école. Pourtant, c'est dans ces provinces que le nombre d'enfants de moins de 15 ans est le plus important. Ici aussi l'écart entre les sexes est marqué, les plus défavorisées étant les petites filles.
    La population en âge d'activité dans cette région varie selon les provinces. A Jrada, elle est la plus faible avec 53,1%, mais elle risque fortement de croître à l'avenir compte tenu du nombre important de jeunes. Or, cette région vit principalement d'une mine qui est appelée à fermer d'ici l'an 2000.
    Le taux d'activité dans cette préfecture est l'un des plus faibles du pays. Seule la Préfecture d'Oujda-Angad se détache du lot avec un taux de 31,2%. Jrada, elle, a l'un des taux d'activité le plus bas. Et pour cause, la population en âge d'activité est la moins importante de la région. Ce sont dans une grande majorité des salariés, employés de l'ORMVAM, sucreries, domaines royaux et dans les stations d'emballage. Les femmes de cette région préfèrent en général rester au foyer.

    Autre fait marquant des provinces constituant cette Wilaya, elles concentrent le plus grand nombre de chômeurs. Une personne sur trois est au chômage à Oujda-Angad. Cette Préfecture détient le taux de chômage le plus élevé du pays et de la région. Comme à l'accoutumée, ce sont les femmes les premières victimes.
    Les habitants de l'Oriental sont principalement propriétaires de leur logement. Ces taux avoisinent les 100% dans certaines municipalités comme Tancherfi ou Ahl Ouad Za.
    A l'instar du reste du pays, les écarts ruraux urbains et même entre différentes municipalités urbaines en matière d'infrastructure sont importants. Dans quelques municipalités comme celles Berkane-Taourirt, les taux de desserte en eau et électricité sont bien au-dessus de la moyenne nationale. En revanche, à Fezouane ou Laatamna, les taux sont ridicules, 2,35% pour l'eau et 8,63% pour l'électricité.

    Les hammams ont encore de beaux jours

    Les habitants de l'Oriental sont bien lotis en matière de toilettes. Plus 9 personnes sur 10 disposent de toilettes individuelles. Ces taux sont proches de ceux de la capital économique. Cela s'explique par le fait que la majorité des habitants de cette région sont propriétaires de leur logement. En revanche, il se passe volontiers de bain-douche au profit de bains collectifs. A ce niveau, les coutumes sont bien ancrées dans les moeurs. Les hammams ont encore de beaux jours devant eux. Un peu plus de 2 personnes sur 10 disposent de bain-douche individuel à Jrada. La proportion passe à 1 sur 2 à Oujda-Angad. C'est également dans cette province que le taux d'électrification et de desserte en eau courante est le plus élevé, expliquant ainsi l'engouement pour les salles de bain.
    Pour les deux autres provinces, les taux d'électrification sont en deçà de la moyenne nationale, tant côté urbain (81%) que rural (10%). Les efforts en la matière dans cette région devront redoubler. Concernant l'accès à l'eau courante, le taux de desserte dans la préfecture est au-dessus de la moyenne nationale (74% des ménages urbains).
    Ici aussi, les disparités rural-urbain sont importantes. Un grand nombre de villages ruraux n'ont ni accès à l'eau courante, ni à l'électricité. Environ une quinzaine de villages sont concernées.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc