×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Chine: La croissance maintenue au plus haut niveau

Par L'Economiste | Edition N°:2135 Le 21/10/2005 | Partager

. Le PIB en hausse de 9,5%Avec un taux de 9,4% sur les neuf premiers mois, l’économie chinoise poursuit sa forte croissance tirée par les exportations et les investissements, déjouant les pronostics d’experts qui pariaient sur un léger ralentissement. Les derniers chiffres montrent une croissance qualifiée, jeudi 20 octobre, de “régulière et rapide” par le porte-parole du Bureau national des statistiques (BNS), Zhen Jingping. L’augmentation du PIB avait été de 9,5% sur les six premiers mois, de 9,4% sur les trois premiers mois. De janvier à septembre, son montant a atteint 10.627 milliards de yuans (1.316 milliards de dollars). Exportations et investissements en capital fixe constituent toujours les deux moteurs de la croissance la plus forte au monde, où les prix à la consommation ont crû de 2% sur les neuf premiers mois. Les investissements en capital fixe ont progressé depuis janvier de 26,1% en glissement annuel, à 5.710 milliards de yuans (704 milliards de dollars). Le niveau des exportations reste élevé, avec une croissance de 31,3% depuis janvier, à 546,4 milliards de dollars, portant l’excédent commercial pour cette période à 68,3 milliards de dollars. Les importations ont progressé de 16% à 478,1 milliards de dollars. Au début du mois, un rapport du ministère du Commerce extérieur a estimé que l’excédent pourrait atteindre 100 milliards en 2005, soit trois fois plus qu’en 2004, ce qui ne devrait pas arranger les relations dans ce domaine avec les Etats-Unis et l’Union européenne. Ces derniers ne cessent de réclamer un réajustement du yuan, le jugeant toujours sous-évalué malgré le geste de juillet (+2,1%). Parmi les autres problèmes du pays, le porte-parole du BNS a cité les difficultés du secteur agricole et des profits en baisse dans le secteur industriel, en raison notamment des prix élevés des matières premières qui rognent les marges des entreprises.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc