×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Chine: La banque centrale précise son panier de devises

Par L'Economiste | Edition N°:2084 Le 11/08/2005 | Partager

. Le dollar, l’euro, le yen et le won sud-coréen y dominentLA banque centrale chinoise a précisé mercredi 10 août la composition, jusque-là restée secrète, du panier de devises qui sert désormais à déterminer la valeur du yuan en indiquant que le dollar, l’euro, le yen et le won sud-coréen y dominaient. La constitution de ce panier de devises est au centre de la réforme du système de change annoncée le 21 juillet en même temps que la réévaluation du yuan. La banque centrale n’avait pas alors communiqué sa composition. Le gouverneur de la banque centrale Zhou Xiaochuan, lors d’un discours à Shanghai, a expliqué que la composition du panier avait été choisie pour représenter la part des différentes devises dans les échanges commerciaux chinois et la dette, ainsi que dans les investissements faits en Chine par les étrangers. La livre sterling, le dollar de Singapour, le ringgit malaisien, les dollars australien et canadien, le rouble russe et le baht thaïlandais entrent également dans la composition du panier, a ajouté le gouverneur. Zhou n’a toutefois pas précisé la pondération exacte de chaque devise dans le panier. Le nouveau système de change chinois va «refléter de manière plus complète les changements de valeur du yuan face aux grandes monnaies, mieux gérer l’impact de l’instabilité du taux de change (du dollar) américain, réduire les fluctuations du taux de change du yuan», a estimé le gouverneur. Il doit également permettre de «maintenir la stabilité de l’environnement» de la Chine en matière de commerce extérieur et l’aider à garder une croissance «saine» et «relativement forte», a-t-il ajouté. Après plus d’un an de pression intense de la part des Etats-Unis, qui accusaient la sous-évaluation du yuan de déséquilibrer leurs échanges avec la Chine, Pékin a relevé le 21 juillet le taux de change de sa monnaie de 2,1% par rapport au dollar. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc