×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Chefchaouen
    Une association au chevet du parc de Bouhachem

    Par L'Economiste | Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

    . D’une superficie de 76.150 hectares, il s’étend sur six communes . Désenclavement rural et mise en valeur du site au programmeLe parc naturel de Bouhachem est l’un des plus importants parcs régionaux du Maroc. Situé dans la province de Chefchaouen, il s’étend sur près de 76.000 hectares et couvre six communes rurales. Dépourvu de statut juridique, ce dernier est très mal exploité. Aussi, le conseil de la région a créé une association qui aura pour mission de valoriser et préserver le site. Les collectivités locales de la province de Chefchaouen, dont dépendent les six communes rurales, sont impliquées dans le projet. «Il ne s’agit pas seulement de protéger la flore et la faune, mais aussi le mode de vie et l’environnement des populations dépendant de la zone de Bouhachem», explique Abdelhadi Benallal, président du Conseil de la région de Tanger-Tétouan. A noter que la démarche s’inscrit dans une «intégration» des actions de protection, d’aménagement et de développement de la région. Ainsi, de nombreux projets pour le désenclavement (ouverture de pistes, construction de ponts), l’amélioration des réseaux (captage de sources et aménagement de points d’eau, assainissement…) et la réhabilitation du patrimoine construit sont prévus. Le financement du projet de parc de Bouhachem s’intègre dans le cadre du partenariat conclu avec la région française de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). Chefchaouen apporte une enveloppe de 500.000 DH. Le parc intéresse six communes rurales, Bni Lait et El Ouad à la wilaya de Tétouan, Tazraout à la province de Larache et Dardara, Tanaqob et Laghdir à Chefchaouen. Elles regroupent environ 41.000 habitants répartis sur 146 douars. Le territoire est occupé dans sa majeure partie par la montagne et culmine à Jbel Bouhachem à 1.658 m. Les importantes précipitations et les nombreux oueds favorisent une végétation importante qui couvre 40% de la superficie du parc. La population active est presque exclusivement occupée dans l’agriculture (céréaliculture et vivrière) et l’élevage (chèvres). La région souffre cependant de l’enclavement, notamment en période de pluies. Les zones sont sous-équipées: seulement 21% des douars ont accès à l’eau et près de 20% sont électrifiés. Des déficits que le projet de parc entend résoudre.De notre correspondant, Ali Abjiou

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc