×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Chefchaouen dans le patrimoine immatériel de l’humanité

Par L'Economiste | Edition N°:3410 Le 24/11/2010 | Partager

. Le mode de vie méditerranéen représenté par la ville. Elle s’était érigée en «Ville écologique» La participation marocaine au patrimoine immatériel de l’humanité s’enrichit grâce à la ville de Chefchaouen. L’Unesco vient d’intégrer à la liste du patrimoine immatériel de l’humanité la Diète méditerranéenne à travers l’exemple de Chefchaouen. Cette province a piloté depuis deux ans la candidature de la Diète méditerranéenne à cette honorable position en collaboration avec les villes de Soria en Espagne, Koroni en Grèce et Cilento en Italie. L’Unesco, réunie en plénière le 16 novembre, a ratifié cette intégration ainsi que celle de 46 autres. La Diète méditerranéenne est la somme d’un précieux savoir-faire, de connaissances, de pratiques et de traditions qui intègrent une large palette d’ingrédients qui vont au-delà de la gastronomie. Ils incluent les cultures, la récolte ou la moisson, la pêche, la conservation, la transformation, la préparation et, enfin, la consommation des aliments. Des aspects clairement identifiés dans le mode de vie des villes méditerranéennes telles que Chefchaouen, ou Chaouen, comme l’appellent ses habitants Cette Diète a conservé durant des siècles un modèle nutritionnel dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, une proportion limitée de poisson, produits laitiers et viandes, et de nombreux condiments et épices, le tout accompagné de vin ou d’infusions, «toujours dans le respect des croyances de chaque communauté», selon la classification de l’Unesco. De fait, elle englobe un spectre plus large que l’alimentation. Elle favorise, en effet, les contacts sociaux, les repas collectifs étant un de ses éléments clés, lors d’événements festifs en particulier. Pour l’Unesco, les femmes jouent un rôle particulièrement vital dans la transmission de ce savoir-faire, dans la connaissance des rituels, de la gestuelle et des célébrations traditionnelles et enfin dans la sauvegarde des techniques.Pour la ville de Chefchaouen, il s’agit d’un jalon de plus dans la mise en place d’une image de ville orientée vers la nature et l’écologie. Déjà, la ville a effectué un sérieux virage depuis quelques mois en s’érigeant en tant que «Ville écologique», une décision décrétée par la majorité des membres de son conseil communal et qui devra guider l’essentiel des actions de ce dernier. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc